Quel effet le gel de testostérone a-t-il #sur l‘athérosclérose dans les artères coronaires?

 

 

 

EXTERNAL GENITAL Torrance – mechentel news – De récentes études ont révélé des résultats contradictoires concernant une éventuelle augmentation du risque cardio-vasculaire en raison du traitement de testostérone. Par conséquent l‘équipe autour de Matthew J. Budoff du service de cardiologie au „Los Angeles Biomedical Research Institute“ du centre médical Harbor-UCLS à Torrance, en Californie et d‘autres sites américains, a étudié l‘hypothèse si le traitement de testostérone des hommes plus âgés, ayant un taux de testostérone faible, ralentit la progression du volume de la plaque dans les artères coronaires non calcifiés. Les participants à cette  étude en double aveugle, contrôlée par placebo, menée dans neuf centres médicaux universitaires aux États-Unis entre le 24 Juin 2010 et le 9 Juin 2014, étaient 170 hommes (≥ 6 5 ans) avec des symptômes évocateurs d‘hypogonadisme. Leur taux moyen de testostérone  était  deux fois inférieur à 275 ng / dl  Les chercheurs ont avisé les participants d‘utiliser sur une période de douze mois, soit un gel de testostérone (88 participants, l‘ajustement de la dose pour maintenir le taux de testostérone dans la fourchette normale pour les jeunes hommes) ou un gel placebo (82 participants).Le critère d‘évaluation primaire de l‘étude était le volume de la plaque des artères coronaires non calcifiés, ayant été déterminé par angiographie tomodensitométrique. Les critères secondaires étaient le volume global de la plaque des artères coronaires, ainsi que le score de calcium des artères coronaires (allant de 0 à> 400 unités Agatston. Des valeurs plus élevées indiquent une artériosclérose plus grave). Sur les 170 hommes ayant participé à l‘étude, 138 l‘ont terminé (73 avec du gel de testostérone, 65 avec un gel placebo) et étaient disponibles pour la première évaluation. L‘âge moyen était de 71,2 ± 5,7 ans et 81% étaient de teint clair. Au départ de l‘étude, les artères coronaires avaient un degré de calcification de plus de 300 unités Agatston, indiquant une athérosclérose grave. Au moment du premier critère d‘évaluation de l‘essai, le traitement de testostérone, comparé au groupe placebo, était en corrélation avec une augmentation significativement plus importante du volume de la plaque non calcifiée durant la période d‘étude (12 mois, les valeurs médianes : 204 mm³ – 232 mm³ vs 317 mm³ à 325 mm³ ; écart d‘environ : 41 mm³ ; 95 % intervalle de confiance [IC] : 14-67 mm³ ; p = 0,003). Concernant les paramètres secondaires, les scientifiques ont pu observer une augmentation médiane du volume total de la plaque dans le groupe de la testostérone, par rapport au groupe placebo (272 mm³ -318 mm³ vs 499 mm³ sur 541 mm³ ; différentiel estimé : 47 mm³ ; IC à 95 %: 13 à 80 mm³ ; p = 0,006). Le degré de calcification des artères coronaires variait dans le groupe de la testostérone entre 255 et 244 unités Agatston vs 494 à 503 unités Agatston dans le groupe placebo (différence estimée : -27 unités Agatston; 95 % : IC -80 à 60 unités Agatston unités).  Il n‘y a eu dans aucun des deux groupes des complications majeurs sous forme d‘événements cardiovasculaires. Les auteurs, ayant publié leur étude en février 2017dans le journal scientifique JAMA concluent comme suit : Chez les hommes plus âgés avec hypogonadisme symptomatique, le traitement de testostérone a provoqué par rapport au placebo, une augmentation significativement plus importante du volume de la plaque non calcifiée dans les artères coronaires. Cependant, des études à une échelle plus grande sont nécessaires, afin d‘évaluer ces implications cliniques. (um)

Auteurs: Budoff MJ, Ellenberg SS, Lewis CE, Mohler ER 3rd, Wenger NK, Bhasin S, Barrett-Connor E, Swerdloff RS, Stephens-Shields A, Cauley JA, Crandall JP, Cunningham GR, Ensrud KE, Gill TM, Matsumoto AM, Molitch ME, Nakanishi R, Nezarat N, Matsumoto S, Hou X, Basaria S, Diem SJ, Wang C, Cifelli D, Snyder PJ. Correspondance: Matthew J. Budoff, MD, Los Angeles Biomedical Research Institute, 1124 W Carson Street, Torrance 90502, California. Electronic address: Budoff@ucla.edu. Etude: Testosterone Treatment and Coronary Artery Plaque Volume in Older Men With Low Testosterone. Source: JAMA. 2017 Feb 21; 317(7):708-716. doi: 10.1001/jama.2016.21043. Web: http://jamanetwork.com/journals/jama/article-abstract/2603929

Commentaire La question de savoir si le remplacement de la testostérone a maintenant un impact sur les événements cardiovasculaires, reste incertaine. Une étude basée sur la population publiée en 1988, a montré que le niveau de testostérone (prévu uniquement une fois dans la matinée) était d‘une part en relation inverse avec le niveau de la pression artérielle, le taux de triglycérides ou l‘indice de masse corporelle, mais pas avec des événements cardiovasculaires tels que l‘infarctus du myocarde [1]. Puis, en 2010 l‘essai TOM a été publié dans le New England Journal of Medicine [2]; Les sujets avaient un âge moyen de 74 ans avec une mobilité limitée (TOM = « Testosterone in Older Men with Mobility Limitations »). le taux de testostérone (total) devait avoir une valeur de 03,05 – 12,01 nmol ou respectivement un taux de testostérone libre en dessous de 173 pmol / l. Toute fois, n’était-il pas nécessaire que les hommes soient symptomatiques, ce qui relève la question d‘un « Pseudohypogonadisme » lié au poids. Et – l‘IMC moyen était ici de 30 kg / m ^ 2. La prévalence du diabète ou de l‘hypertension était élevée (25% et 80%).  Par rapport au placebo, le gel de testostérone a été significativement plus fréquemment associé à des événements cardiaques chez ces hommes morbides, à mobilité restreinte (23 % contre 5 %). Et actuellement la nouvelle étude, publiée dans le JAMA, analyse le volume des plaques artérielles coronaires sous testostérone ou placebo, après un an de traitement. Plus le volume de la plaque est élevé, plus il y a probabilité pour un syndrome coronarien aigu [3]. Ces hommes aussi avaient une prévalence élevée pour des plaques pré-existantes, ainsi 50 % avaient lors de la tomodensitométrie, une calcification coronarienne décrite comme étant sévère. Si cette étude conduira à une discussion clinique, reste à voir.

1. Barrett-Connor, E. and K.T. Khaw, Endogenous sex hormones and cardiovascular disease in men. A prospective population-based study. Circulation, 1988. 78(3): p. 539-45. 2. Basaria, S., et al., Adverse events associated with testosterone administration. N Engl J Med, 2010. 363(2): p. 109-22. 3. Tesche, C., et al., Coronary Computed Tomography Angiography-Derived Plaque Quantification in Patients With Acute Coronary Syndrome. Am J Cardiol, 2017. 119(5): p. 712-718.

25. Juli 2017