Analyse et prévisions de la MAVC sous traitement anti-VEGF par un modèle à effets mixtes

 

MEDICAL RETINA Vienna – mechentel news – L’équipe menée par Wolf-Dieter Vogl a conclu, dans une étude parue dans le magazine scientifique Investigative Ophthalmology & Visual Science en août 2017, que le modèle statistique à effets mixtes révélait que les volumes de fluides rétiniens n’expliquaient qu’une partie de la variation de MAVC. Les auteurs ont développé un modèle statistique longitudinal décrivant les modifications d’AV corrigée avec une thérapie anti-VEGF contrôlée par imagerie, ils voulaient prédire le résultat de MAVC pour chaque patient en combinant les tendances à l’échelle de la population et les points initiaux spécifiques à chaque patient. Des algorithmes de segmentation automatique ont été utilisés pour mesurer le volume de fluides intrarétinien (FIR) et sous rétinien (FSR) sur des OCT mensuels d’yeux avec occlusion de la veine centrale de la rétine bénéficiant d’un traitement anti-VEGF standard. L’évolution de la MAVC a été modélisée avec un modèle de régression à effets mixtes avec des mesures répétées multivariées incluant le volume des fluides comme covariable. Les courbes de MAVC et les résultats du traitement final ont été prédits en utilisant un modèle à l’échelle de la population et les observations individuelles à partir du premier suivi. 193 yeux de 193 patients, avec un suivi de 12 mois, pour un total de 2420 visites, ont été analysés. Le modèle mixte à l’échelle de la population a révélé que l’impact des fluides sur la MAVC était plus important pour le FIR dans le millimètre central autour de la fovéa, avec −31.17 lettres/mm3 (95% intervalle de confiance [IC], −39.70 à −23.32), suivi par le FSR dans le millimètre central avec −17.50 lettres/mm3 (−31.17 à −4.60) et par le FIR dans la zone parafovéolaire avec −2.87 lettres/mm3 (−4.71 à −0.44). L’influence du FSR dans la zone parafovéolaire était de −1.24 lettres/mm3 (−3.37–1.05). Le R2 conditionnel du modèle, incluant les déviations spécifiques aux sujets, était de 0.887. Le R2 marginal considérant la tendance à l’échelle de la population était de 0.109. La MAVC à 1 an pourrait être prédit avec une erreur absolue moyenne de 6 lettres et un R2 prédit de 0.658 utilisant les informations d’imagerie. Les auteurs ont conclu que le modèle à effets mixtes révélait que les volumes des fluides rétiniens et la tendance à l’échelle de la population n’expliquaient qu’une faible proportion des variations de MAVC. Les résultats individuels de MAVC à 1 an pouvaient être prédits à partir de la MAVC initiale et des mesures combinées du modèle à l’échelle de la population. Les auteurs indiquent que le volume des fluides dans le modèle prédictif a amélioré la précision de la prévision. (sk)

Auteurs : Vogl WD, Waldstein SM, Gerendas BS, Schlegl T, Langs G, Schmidt-Erfurth U, Correspondance : Computational Imaging Research Lab, Department of Biomedical Imaging and Image-guided Therapy, Medical University Vienna, Austria, Etude : Analyzing and Predicting Visual Acuity Outcomes of Anti-VEGF Therapy by a Longitudinal Mixed Effects Model of Imaging and Clinical Data, Source : Invest Ophthalmol Vis Sci. 2017 Aug 1;58(10):4173-4181. doi: 10.1167/iovs.17-21878, Web : http://iovs.arvojournals.org/article.aspx?articleid=2650869

7. Januar 2018