Méta-analyse: thromboprophylaxie en chirurgie non-oncologique

 

Helsinki – mechentel news -Par rapport à d’autres disciplines chirurgicales, jusqu’à présent un ensemble de règles concernant la prophylaxie de la thrombose veineuse profonde, dans la chirurgie urologique non-tumorale, fait défaut dans l’urologie. Les auteurs internationaux autour de Kari AO Tikkinen du département d’urologie et de la Santé publique à l’Université d’Helsinki et de l’hôpital universitaire d’Helsinki, en Finlande, ont filtrés pour cette étude approfondie, des études d’observation afin de comparer le risque de thromboembolie veineuse par rapport aux risques de saignement faisant une ré-intervention dans les 4 semaines nécessaire. Au total, 11 études ont été trouvée se rapportant à la chirurgie non-tumorale. Les études avaient toutes une approche hétérogène pour la prophylaxie administrée. La durée médiane de la prophylaxie pour la transplantation du rein s’est élevé par exemple à 12,3 jours (IQR 3,1 à 55). Dans Néphrolithotomie percutanée, la chirurgie réparatrice ouverte du bassin ou la chirurgie ouverte du prolapsus, la médiane de prophylaxie était d’une seule journée était (IQR 0 à 1,3). Cela montre clairement la nécessité de présentation d’un concept unifié de prophylaxie , basé respectivement sur les risques de la thrombose / l’hémorragie. Les auteurs ont suggéré dans leur étude un calculateur de risque en trois étapes (en fonction des facteurs liés au patient). Étape 1 (faible risque): aucun facteur de risque; Niveau 2 (risque moyen, maximum l’un des suivants.): 75 ans, IMC ≥ 35 kg / m2, les événements thrombotiques chez un proche dans la famille; Niveau 3 (risque élevé): l’existence d’une incidence de thrombose et / ou 2 ou plusieurs facteurs de risque du niveau 2. À partir de cela, les auteurs expliquent des recommandations spécifiques pour les procédures urologiques respectives et la nécessité d’une prophylaxie. Une procédure avec un grand risque de saignement représente, par exemple la résection transurétrale de la prostate, ici la nécessité d’une prophylaxie devrait être examinée de près. Dans le cas d’une transplantation de rein, la thromboprophylaxie rénale est plus indiquée, car le risque de saignement est plus faible que le risque de thrombose. Les auteurs estiment dans le numéro de février dans la revue European Urology, que la période de prophylaxie générale, si nécessaire, devrait être pour toutes les interventions chirurgicales en chirurgie de 4 semaines.

Auteurs: Tikkinen KAO, Craigie S, Agarwal A, Siemieniuk RAC, Cartwright R, Violette PD, Novara G, Naspro R, Agbassi C, Ali B, Imam M, Ismaila N, Kam D, Gould MK, Sandset PM, Guyatt GH. Correspondance: Kari A.O. Tikkinen, Department of Urology, University of Helsinki and Helsinki University Hospital, Haartmaninkatu 4, Helsinki 00029, Finland. E-Mail: kari.tikkinen@gmail.com Etude: Procedure-specific Risks of Thrombosis and Bleeding in Urological Non-cancer Surgery: Systematic Review and Meta-analysis. Source: Eur Urol. 2018 Feb;73(2):236-241. doi: 10.1016/j.eururo.2017.02.025. Web: http://www.europeanurology.com/article/S0302-2838(17)30114-8/abstract

Commentaire

Les auteurs offrent avec cette étude une première approche de normalisation des prophylaxies thromboemboliques en urologie. La situation de preuve ne suffit pas entièrement, mais cette étude est un support utile pour les décisions cliniques quotidiennes. Une version imprimée du tableau des directives de l’EAU est disponible sur https://t.co/UqYN6x0CKl

16. April 2018