Fachverlag und Nachrichtenagentur

Traitement par privation androgénique : Le nadir de la testostérone prolonge survie et durée sans progression

Toronto – mechentel news – Trois petites études rétrospectives ont suggéré que les patients soumis à un traitement de privation androgénique continu (PAC) atteignent des temps de survie et des temps sans progression prolongés, si la testostérone atteint un taux inferieur à 0,7 nmol/l (lower castrate levels). Des preuves démontrées par de larges études prospectives manquent cependant. Laurence Klotz et al. du Sunnybrook Health Sciences Centre de l’Université de Toronto au Canada ont publié l’étude randomisée PR-7 constituée de patients classés dans les groupes : échec biochimique après la radiothérapie (RT) ou après la chirurgie plus RT à la PAC ou à la privation androgénique intermittente (PAI). Chez les hommes dans le bras de PAC, la relation entre les niveaux de testostérone durant la première année et la survie par cause spécifique (cause specific survival (CSS)) ou le temps de progression androgéno-indépendant a été évaluée en utilisant la régression de Cox. Une différence significative en ce qui concerne CSS (p = 0,015) et le moment de la présence d’une résistance hormonale (p = 0,02) a été trouvée chez ceux qui, dans la première année, avaient un un taux de testostérone minimal au nadir ≤ 0,7, > 0,7 à ≤ 1,7 et ≥ 1,7 nmol / l. Les patients avec un t nadir de testostérone permanent > 0,7 nmol / l présentaient des risques significativement plus élevés de décès dû à la maladie (0,7 à 1,7 nmol / l: hazard ratio [HR] 2,08; intervalle de confiance (IC) 95%, 1,28 à 3,38; > 1.7 nmol / l: HR 2,93; IC 95%, 0,70 à 12,30) et le développement d’une résistance à l’hormone (0,7 à 1,7 nmol / l: HR 1,62; IC 95%, 1,20 à 2,18; ≥ 1,7 nmol / l: HR 1,90; IC 95%, 0,77 à 4,70). La probabilité de décès par cause de maladie était élevée chez les patients ayant maximale un taux maximal de testostérone de ≥ 1,7 nmol / l (p = 0,02). Dans le numéro d’Avril 2015 du Journal of Clinical Oncology les auteurs concluent que les hommes ayant eu un échec biochimique en raison d*un traitement précèdent par PAC ont une CSS et une durée de réponse à la privation androgénique supérieure en cas d’un nadir bas de testostérone sérique (<0,7 mmol / l) durant la première année du traitement par privation androgénique.

Auteurs: Klotz L1, O’Callaghan C2, Ding K2, Toren P2, Dearnaley D2, Higano CS2, Horwitz E2, Malone S2, Goldenberg L2, Gospodarowicz M2, Crook JM2. Correspondance: 1Laurence Klotz, Sunnybrook Health Sciences Centre, University of Toronto; Mary Gospodarowicz, Princess Margaret Hospital, Toronto; Chris O’Callaghan and Keyue Ding, Queen’s University, Kingston; Shawn Malone, Ottawa Regional Cancer Centre, Ottawa, Ontario; Paul Toren, Larry Goldenberg, and Juanita M. Crook, University of British Columbia, Vancouver, British Columbia, Canada; David Dearnaley, Royal Marsden Hospital, London, United Kingdom; Celestia S. Higano, Fox Chase Cancer Center, Philadelphia, PA; and Eric Horwitz, University of Washington and Fred Hutchinson Cancer Research Center, Seattle, WA. laurence.klotz@sunnybrook.ca. 2Laurence Klotz, Sunnybrook Health Sciences Centre, University of Toronto; Mary Gospodarowicz, Princess Margaret Hospital, Toronto; Chris O’Callaghan and Keyue Ding, Queen’s University, Kingston; Shawn Malone, Ottawa Regional Cancer Centre, Ottawa, Ontario; Paul Toren, Larry Goldenberg, and Juanita M. Crook, University of British Columbia, Vancouver, British Columbia, Canada; David Dearnaley, Royal Marsden Hospital, London, United Kingdom; Celestia S. Higano, Fox Chase Cancer Center, Philadelphia, PA; and Eric Horwitz, University of Washington and Fred Hutchinson Cancer Research Center, Seattle, WA. Etude: Nadir testosterone within first year of androgen-deprivation therapy (ADT) predicts for time to castration-resistant progression: a secondary analysis of the PR-7 trial of intermittent versus continuous ADT. Source: J Clin Oncol. 2015 Apr 1; 33(10):1151-6. doi: 10.1200/JCO.2014.58.2973. Epub 2015 Mar 2. Web: http://jco.ascopubs.org/content/33/10/1151.abstract

© 2022  mechentel medizin
Fachverlag und Nachrichtenagentur