Fachverlag und Nachrichtenagentur

Bevacizumab vs Ranibizumab par injection intravitréenne pour le traitement de la (DMLA) néovasculaire: Etude Cochrane

Medical Retina Baltimore – mechentel news – La dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) néovasculaire est la cause la plus fréquente de perte de vision incorrigible chez les personnes âgées dans les pays développés. Le bevacizumab et le ranibizumab sont les facteurs de croissance endothélial vasculaire ( VEGF) les plus fréquemment utilisés, injectées par voie intravitréenne pour traiter une DMLA néovasculaire. Afin de résumer les effets relatifs au bevacizumab, se servant des résultats d’une revue systématique entamée par le groupe Cochrane “Yeux et Vision”, l’èquipe autour de Solomon S.D.a pri soin d’inclure dans cette revue, uniquement les essais contrôlés et randomisés, dans lesquels les 2 agents anti-VEGF ont été directement comparés. Le principal résultat obtenu par le groupe de travaille, était un gain à un an pour la meilleure acuité visuelle corrigée (MAVC) de ≥15 lettres. Les méthodes Cochrane ont été appliquées pour la sélection des essais, l’extraction des données, et l’ analyse des données. Les effets relatifs du bevacizumab par rapport au ranibizumab sont présentés comme risques relatifs, estimés par le calcul de l’odds ratio (RR) et de la moyenne des différences (MDS) avec des intervalles de confiance de 95% (IC). Solomon et son équipe du Wilmer Eye Institute, School of Medicine, The Johns Hopkins University à Boston, ont identifié 6 essais contrôlés et randomisés, admissibles, avec 2809 participants. La part des yeux ayant gagnés ≥ 15 lettres pour la MAVC à un an était similaire pour les 2 agents lorsque les mêmes modes de traitement ont été comparés (RR, 0,90; IC 95%, 0,73 à 1,11). Le changement moyen pour la MAVC par rapport à la valeur de réference était également similaire (MD -0,5 lettre; IC à 95%, -1,6 à 0,6). D’autres résultats concernant la MACV et la qualité de vie étaient similaires pour les 2 agents. Dans les 2 plus grands essais, les coûts pour le traitement à un an par ranibizumab était de 5,1 et de 25,5 fois pour le bevacizumab. Les événements indésirables oculaires ont été rares (<1%), et les taux étaient similaires pour les 2 agents. Les auteurs concluent dans leur étude parue dans le numéro d’octobre du journal scientifique Ophthalmology: “Nous n’avons trouvé aucune différence importante dans l’efficacité ou la sécurité entre le bevacizumab et le ranibizumab pour le traitement de la DMLA néovasculaire, mais un énorme écart entre les coût pour ces deux traitements. (um)

Auteurs:Solomon SD1, Lindsley KB2, Krzystolik MG3, Vedula SS4, Hawkins BS5., Correspondance: 1Wilmer Eye Institute, School of Medicine, The Johns Hopkins University, Baltimore, Maryland. 2Department of Epidemiology, Bloomberg School of Public Health, The Johns Hopkins University, Baltimore, Maryland., 3Retina Service, Massachusetts Eye and Ear Infirmary, Providence, Rhode Island. 4The Johns Hopkins University, Baltimore, Maryland., 5Wilmer Eye Institute, School of Medicine, The Johns Hopkins University, Baltimore, Maryland; Department of Epidemiology, Bloomberg School of Public Health, The Johns Hopkins University, Baltimore, Maryland. Electronic address: bhawkins@jhmi.edu., Etude: Intravitreal Bevacizumab Versus Ranibizumab for Treatment of Neovascular Age-Related Macular Degeneration: Findings from a Cochrane Systematic Review., Souce: Ophthalmology. 2015 Oct 15. pii: S0161-6420(15)00916-1. doi: 10.1016/j.ophtha.2015.09.002. [Epub ahead of print], Web: http://www.aaojournal.org/article/S0161-6420(15)00916-1/abstract

© 2022  mechentel medizin
Fachverlag und Nachrichtenagentur