Fachverlag und Nachrichtenagentur

Therapie genique pour traiter la DMLA

Medical Retina Nedlands (Australie) – mechentel news – Dans une étude publiée sur le site du magazine scientifique The Lancet en septembre 2015, l’équipe menée par le Prof Elizabeth P Rakoczy a conclu que le traitement avec du rAAV.sFLT-1 était sûr dans le traitement de la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA). Ils sont partis du constat que cette maladie néovasculaire, ou humide, entrainait une perte de vision centrale et présentait un problème de santé majeure chez les personnes âgées. Les traitements actuels se font par injections intraoculaires fréquentes d’anti-VEGF. Les auteurs pensent que la thérapie génique pourrait permettre une thérapie anti-VEGF à long terme à partir d’un seul traitement. Dans cette optique, ils ont testé la sécurité de rAAV.sFLT-1 dans le traitement de la DMLA humide avec une injection unique. Ils ont mené un essai contrôlé et randomisé, monocentrique de phase 1. Des patients présentant une DMLA humide ont été recrutés à l’Institut ophtalmologique Lions et à l’Hôpital Sir Charles Gairdner (Nedlands, Australie-Occidentale, Australie). Les patients éligibles devaient être âgés d’au moins 65 ans, avoir une DMLA secondaire à une néovascularisation choroïdienne sous fovéolaire active et avoir une meilleure acuité visuelle corrigée (MAVC) de 3/60-6/24 et au mieux 6/60 sur l’œil œil. Les patients ont été randomisé (3:1) pour recevoir soit 1×1010 vecteurs de génome (vg ; groupe de faible dose de rAAV.sFLT-1) ou 1×1011 vg (groupe de haute dose de rAAV.sFLT-1) ou n’avaient aucune thérapie génique (groupe de contrôle). La randomisation a été effectuée par affectation séquentielle, les patients et les examinateurs étaient informés des traitements, contrairement au personnel chargé des évaluations. Tous les patients ont reçu une dose de ranibizumab au départ et au bout de 4 semaines. Une dose de secours pouvait être administrée pendant le suivi selon des critères prédéfinis, basés sur la MAVC mesurée à l’échelle EDTRS (Early Treatment Diabetic Retinopathy), la tomographie en cohérence optique ou l’angiographie à la fluorescéine. Le critère principal d’évaluation était la sécurité oculaire et systémique. Il est à noter que cet essai a été enregistré sous le numéro NCT01494805 du site ClinicalTrials.gov. Entre le 16 décembre 2011 et le 6 avril 2012, 9 patients ont été inclus, parmi lesquels 8 ont été choisis au hasard pour recevoir l’injection (3 patients dans le groupe à faible dose et 3 patients dans le groupe à haute dose) ou aucun traitement (pour 2 patients). L’injection sous-rétinienne de rAAV.sFLT-1 s’est révélée hautement reproductible. Aucun événement indésirable lié au médicament n’a été noté. Les événements indésirables liés à l’injection, tels qu’hémorragie sous conjonctivale ou sous rétinienne ou les petits débris dans le vitré antérieur, étaient bénins et se sont résolus spontanément. Aucune preuve de l’atrophie choriorétinienne n’a été retrouvée. Les évaluations cliniques sont restées globalement inchangées par rapport au départ. 4 des 6 patients (67%) du groupe de traitement n’ont nécessité aucune autre injection et les 2 autres (33%) ont reçu chacun une injection de secours supplémentaire. Selon les auteurs, le rAAV.sFLT-1 s’est montré sûr et bien toléré. Les auteurs pensent que ces résultats confirment que la thérapie génique oculaire peut être une option de traitement à long terme pour la DMLA humide. (sk)

Auteurs : Prof Elizabeth P Rakoczy, PhD, Chooi-May Lai, PhD, Aaron L Magno, PhD, Matthew E Wikstrom, PhD, Prof Martyn A French, MD, Cora M Pierce, RN, Prof Steven D Schwartz, MD, Prof Mark S Blumenkranz, MD, Thomas W Chalberg, PhD, Prof Mariapia A Degli-Esposti, PhD, Prof Ian J Constable, FRANZCO, Correspondance : Prof Elizabeth P Rakoczy, Lions Eye Institute, 2 Verdun St, Nedlands, 6009 WA, Australia, Etude : Gene therapy with recombinant adeno-associated vectors for neovascular age-related macular degeneration: 1 year follow-up of a phase 1 randomised clinical trial, Source : Web http://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736%2815%2900345-1/abstract

© 2019 -  mechentel medizin
Fachverlag und Nachrichtenagentur