Fachverlag und Nachrichtenagentur

Durée de la privation androgénique lors d‘un cancer de la prostate localisé à haut risque

PROSTATE Sherbrooke – mechentel news – Le traitement à long terme par privation androgènique, associé à la radiothérapie est le traitement standard pour les patients atteints d‘un cancer de la prostate localisé à haut risque. Cependant, il n‘existe aucune donnée claire concernant la durée optimale du traitement par privation d‘androgènes chez ces patients. L‘étude multicentrique randomisée de phase III, menée par une équipe d‘auteurs australiens autour d‘Abdenour Nabid du Centre Hospitalier Universitaire de Sherbrooke, comprenait un total de 630 patients traités entre octobre 2000 et janvier 2008. Ces patients, atteints d‘un cancer de la prostate localisé à haut risque ont reçu la même radiothérapie pelvienne et prostatique et ont été randomisés pour suivre un traitement par privation androgénique soit durant 36 ou uniquement 18 mois. Après un suivi moyen de 9,4 ans, 290 décès ont été signalés (147 sous traitement par privation androgénique prolongé et 143 pour le bras de traitement par privation androgénique de plus courte durée). À
5 ans, la survie globale était de 91% pour le bras à long terme et de 86% pour le bras à court terme, ceci sans différence significative dans les taux de survie (p = 0,07). Les auteurs ont également analysé les différences de qualité de vie entre les deux groupes et ont mis en évidence une différence significative dans les résultats du questionnaire entre les deux groupes en faveur du traitement anti-androgénique de 18 mois par rapport aux patients traités á plus long terme. Comme l‘expliquent les auteurs dans le numéro d‘octobre 2018 du journal scientifique EUROPEAN UROLOGY, l‘étude est limitée au fait que seuls 56% des patients ayant subi une privation androgénique durant plus de 36 mois ont également terminé les 36 mois de l‘étude, vue que plusieurs des patients n‘ont pas été aptes à poursuivre le traitement. Ceci soit en conséquence de la progression de la maladie et donc pour des raisons médicales ou en raison d‘effets secondaires multiples ou du décès. (mm/um)

Auteurs: Nabid A, Carrier N, Martin AG, Bahary JP, Lemaire C, Vass S, Bahoric B, Archambault R, Vincent F, Bettahar R, Duclos M, Garant MP, Souhami L. Correspondance: Abdenour Nabid, Service de radio-oncologie, Centre Hospitalier Universitaire de Sherbrooke, 3001, 12e Avenue Nord, Sherbrooke, Québec, J1H 5N4, Canada. E-Mail: abdenour.nabid@usherbrooke.ca Ètude: Duration of Androgen Deprivation Therapy in High-risk Prostate Cancer: A Randomized Phase III Trial. Source: Eur Urol. 2018 Oct;74(4):432-441. doi: 10.1016/j.eururo.2018.06.018. Web: https://www.europeanurology.com/article/S0302-2838(18)30443-3/abstract

Commentaire Les auteurs ont constaté que la thérapie par privation androgènique accompagnée d‘une radiothérapie externe sur 36 mois lors d‘un cancer de la prostate localisé à haut risque, n‘était pas supérieure au traitement de 18 mois. La qualité de vie dans certains domaines était meilleure dans le sous-groupe avec un traitement de privation androgénique de 18 mois seulement. Les médecins devraient tenir compte des résultats de cette étude prospective de haute qualité, et envisager un traitement anti-androgénique de 18 mois en tant que nouvelle norme pour les patients traités en association avec une radiothérapie externe. (mm/um)

Auteur: Dr. med. Dr. rer. nat. Marco Moschini, Assistenzarzt Klinik für Urologie, LUKS.

© 2019 -  mechentel medizin
Fachverlag und Nachrichtenagentur