Fachverlag und Nachrichtenagentur

Exposition systémique aux mydriatiques intracamérulaires vs topiques

 

CATARACT Barcelona – mechentel news – Jose Guell et al ont conclu, dans une étude parue en Mai 2019 dans le magazine scientifique Clinical Ophthalmology, que l’exposition systémique à la tropicamide/ phényléphrine était plus faible et avec des effets cardiovasculaires moins fréquents chez les patients avec combinaison intracamérulaire de mydriatique et anesthésique (ICMA). L’exposition aux mydriatiques a été calculée chez des patients randomisés pour une ICMA : tropicamide 0,02%, phényléphrine 0,31% et lidocaïne 1% (N = 271) ou des gouttes topiques (EDs) : tropicamide 0,5% et phényléphrine 10% (N = 283). Des doses supplémentaires ont été ajoutées si besoin. Les concentrations plasmatiques ont été déterminées par chromatographie en phase liquide à haute performance (CLHP) chez 15 patients par groupe avant et après administration. La plupart des ICMA (73,6%) ont reçu une simple dose (200 µL) soit une exposition à la tropicamide de 0,04 mg et à la phényléphrine de 0,62 mg. Aucun de ces patients n’a reçu de dose supplémentaire. Dans le groupe contrôle (3 administrations), l’exposition était de 0,45 mg (11,3 fois plus élevée que pour l’ICMA) et 10,2 mg (16,5 fois supérieure). Quand des EDs supplémentaires ont été utilisées dans ce groupe (9,2% des patients), le taux était 37,5 fois supérieur pour les tropicamides (10 gouttes, 1,5 mg) et 54,8 fois pour les phényléphrines (10 gouttes, 34 mg) aux doses recommandées pour l’ICMA. Le taux plasmatique de tropicamide n’était détectable à aucun temps pour l’ICMA alors qu’il était détectable chez tous les EDs à 12 et 30 minutes. La phényléphrine était détectable pour 14,3% des patients ICMA, comparés à tous les patients EDs à au moins 1 temps. La plupart des patients EDs a connu une augmentation significative de la pression artérielle et/ou du rythme cardiaque (11,2% vs 6,0% des patients ICMA; P = 0,03). Jose Guell et son équipe ont conclu que l’exposition systémique aux tropicamide/ phényléphrine était plus faible et présentait moins d’effets cardiovasculaires avec l’ICMA. Ils précisent que ce résultat pourrait être particulièrement significatif pour les patients à risque cardiovasculaire. (sk)

Auteurs : Jose Guell, Anders Behndig, Uwe Pleyer, Stéphane Jaulerry, Pascal Rozot, Pierre-Jean Pisella, Pierre-Yves Robert, Ines Lanzl, Sayeh Pourjavan, Carlos Aguiar, Joaquin Fernandez, Gunther Grabner, Rita Mencucci, Frédéric Chiambaretta, Marc Labetoulle, Correspondance : Cornea and Refractive Surgery Unit, Instituto de Microcirugía Ocular, Barcelona, Spain, guell@imo.es, Etude : Systemic exposure to intracameral vs topical mydriatic agents: in cataract surgery, Source : Clin Ophthalmol. 2019 May 3;13:811-819. doi: 10.2147/OPTH.S189671. eCollection 2019, Web : https://www.dovepress.com/systemic-exposure-to-intracameral-vs-topical-mydriatic-agents-in-catar-peer-reviewed-article-OPTH

© 2019 -  mechentel medizin
Fachverlag und Nachrichtenagentur