Fachverlag und Nachrichtenagentur

Epithéliopathie pigmentaire placoïde multifocale postérieure aiguë et corticothérapie

 

UVEITIS Lausanne – Ioannis Papasavvas et al ont conclu, dans une étude parue sur le site internet du magazine scientifique Medicina en Août 2022, que l’épithéliopathie pigmentaire placoïde multifocale postérieure aiguë/ischémie de la choriocapillaire (EPPMPA/AMIC, acute posterior multifocal pigment epitheliopathy/acute multifocal ischaemic choriocapillaritis dans la version originale) était une inflammation de la choriocapillaire primaire. Les auteurs ont mené une étude de cas rétrospective réalisée au Centre pour soins ophtalmologiques spécialisés (Centre for Ophthalmic Specialised care, COS) à Lausanne en Suisse, sur des patients diagnostiqués avec une EPPMPA/AMIC entre 2000 et 2021. 19 (35 yeux) des 1664 nouveaux patients (1,14%) ont été diagnostiqués avec APMPPE/AMIC et ont été inclus dans l’étude. 13 (68%) étaient des hommes et 6 (32%) des femmes, avec un âge moyen de 33,1 ± 9,2 ans. 16 (84%) patients ont décrit une phase prodromique virale ou d’autres symptômes systémiques, 3 (16%) n’ont mentionné aucun épisode symptomatique avant l’apparition des symptômes oculaires. 15 (39%) yeux sur 38 présentaient des lésions sur la fovéa, 20 (52,6%) des lésions péri ou parafovéolaires et 3 yeux étaient normaux [2 cas unilatéraux (15%)]. La meilleure acuité visuelle moyenne corrigée était de 0,83 ± 0,24 pour l’ensemble du groupe, de 0,58 ± 0,28 pour le groupe avec lésions fovéales, augmentant à 0,97 ± 0,13 au dernier suivi (p = 0,0028). Pour le groupe avec lésions extrafovéolaires, la MAVC moyenne est passée de 0,94 ± 0,18 au départ à 1,18± 0,10 au dernier suivi (p = 0,0039). 13 (68%) des patients ont reçu un traitement à base de prednisone, dont 2 (10%) ont reçu au moins un agent immunosuppresseur additionnel, 4 (20%) patients n’ont pas eu de traitement et pour 2 patients, les informations n’étaient pas disponibles. Tous les patients avec lésion fovéale ont reçu un traitement à base de corticostéroïdes à l’exception d’un qui a évolué vers une atrophie maculaire. L’équipe menée par Ioannis Papasavvas a conclu qu’un traitement était nécessaire dans la plupart des cas d’APMPPE/AMIC, notamment pour les cas avec lésions dans la fovéa, malgré l’idée que la maladie est autolimitée. (sk)

Auteurs : Ioannis Papasavvas, Alessandro Mantovani and Carl P. Herbort, Jr., Correspondance : Retinal and Inflammatory Eye Diseases, Centre for Ophthalmic Specialized Care (COS), Rue Charles-Monnard 6, 1003 Lausanne, Switzerland, cph@herbortuveitis.ch, Etude : Acute Posterior Multifocal Placoid Pigment Epitheliopathy (APMPPE): A Comprehensive Approach and Case Series: Systemic Corticosteroid Therapy Is Necessary in a Large Proportion of Cases, Source : Medicina (Kaunas). 2022 Aug 8;58(8):1070. doi: 10.3390/medicina58081070, Web : https://www.mdpi.com/1648-9144/58/8/1070

© 2022  mechentel medizin
Fachverlag und Nachrichtenagentur