Fachverlag und Nachrichtenagentur

Best‘s disease chez l’enfant, traitée par anti-angiogéniques

PARIS – mechentel news – J. Perol et son équipe ont étudié l’intérêt des anti-angiogéniques dans la prise en charge des néovaisseaux choroïdiens compliquant la maladie de Best (Best‘s disease),  aussi appelée dystrophie vitelliforme juvénile. Il s’agit donc d’une dystrophie rétinienne génétique bilatérale de transmission autosomique dominante, pouvant se compliquer dans de rares cas par l’apparition de néovaisseaux choroïdiens. Les scientifiques du service d’ophtalmologie et de pathologie vitréo-rétinienne de la fondation ophtalmologique Adolphe-de-Rothschild à Paris (France), rapportent le cas d’un jeune patient de neuf ans suivi pour une maladie de Best qui s’était présenté en raison d’une baisse d’acuité visuelle au niveau de l’oeil droit. Les scientifiques expliquent dans le numéro de Mai du Journal Français d’Ophtalmologie que l’examen ophtalmologique a mis en évidence la présence d’une néovascularisation choroïdienne. Un traitement par une injection intravitréenne de Bevacizumab a été réalisé, ce qui a permis une amélioration de l’acuité visuelle en rapport avec une cicatrisation de la lésion néovasculaire. Ce cas souligne donc l’intérêt des anti-angiogéniques dans le traitement de la dystrophie vitelliforme juvénile accompagnée d’une comorbidité telle que l’apparition de néovaisseaux choroïdiens.
Auteurs :J. Perol, B. Wolff, J.-A. Sahel, Y. Le Mer
Correspondance: Service d’ophtalmologie et de pathologie vitréo-rétinienne, fondation ophtalmologique Adolphe-de-Rothschild, 25, rue Manin, 75019 Paris, France.
Etude: Traitement par injection intravitréenne de bevacizumab de néovaisseaux choroïdiens compliquant une maladie de Best.
Source: Journal Français d‘Ophtalmologie, Volume 34, Issue 5, May 2011, Pages 281-286.
web: http://www.sd.dns-dns.com/science/article/pii/S0181551211001045

© 2019 -  mechentel medizin
Fachverlag und Nachrichtenagentur