Fachverlag und Nachrichtenagentur

Examens spécialisés pour l’évaluation de la rétinopathie diabétique

Boston – mechentel news – Dans une étude parue dans le
magazine scientifique American Journal of Ophthalmology en
mai 2012, l’équipe menée par PS Silva a conclu que l’imagerie
rétinienne non mydriatique pouvait se révéler bénéfique en
matière d’évaluation de la rétinopathie diabétique (RD) dans
la recherche ou les paramètres cliniques. Ils ont en effet
comparé les images de champ ultra larges stéréoscopiques
non mydriatiques Optomap avec des photographies du fond
d’oeil stéréoscopiques dilatées ETPRD (Etude 7 du Traitement
Précoce de la Rétinopathie Diabétique – standard de 35mm, 30
couleurs) et l’examen clinique pour déterminer la sévérité de la
RD et de l’oedème maculaire diabétique (OMD). Pour cela, ils
ont mené une étude monocentrique, prospective, comparative
et de validation d’instruments. Des images ultra larges non
mydriatiques à 100° et 200°, une photographie dilatée ETPRD
et un fond d’oeil ont été réalisés par un rétinologue chez 103
patients diabétiques (206 yeux) représentant le spectre complet
de gravité de la RD. Les images ont été classées par 2 lecteurs
indépendants afin de déterminer la gravité de la RD et de l’OMD.
Un troisième spécialiste de la rétine masqué a jugé les écarts.
Les résultats, basés sur les photographies ETPRD (n=200)
ont été les suivants : pas de RD (n=25 yeux [12,5]), RD légère
non-proliférante (n=47 [23,5%]), RD modérée (n=61 [30,5%]),
RD sévère (n=11 [5,5%]), RD très sévère (n=3 [1,5%]) et une
RD proliférante (n=52 [2,5%]). Un oeil (0,5%) était inclassable
et 6 yeux n’ont pas terminé la photographie ETPRD. 114 yeux
(57,0%) n’ont pas retrouvé d’OMD, 28 yeux (14,0%) ont retrouvé
un OMD. 47 yeux (23,5%) avaient des OMD cliniquement significatifs
et 11 (5,5%) n’étaient pas classables. Le degré exact
de gravité de RD a coïncidé dans 84% des cas entre l’imagerie
de champ ultra large à 100° et la photographie ETPRD, avec une
exactitude de niveau 1 dans 91% (KW=0,85 ; K=0,79). Les
images non mydriatiques de champ ultra larges correspondaient
exactement aux résultats cliniques pour RD dans 70% des cas
et se situaient au niveau 1 dans 93% des cas (KW = 0,71; K =
0,61). L’acquisition d’images de champ ultra larges non mydriatiques
était inférieure de moitié, en temps, par rapport à celle
de la photographie dilatée ETPRD (P<.0001). Les auteurs du
département d’ophtalmologie de Boston ont conclu leur étude
en précisant que les images non mydriatiques de champ ultra
larges se comparent favorablement à la photographie ETPRD
dilatée et à l’examen du fond d’oeil dans la détermination de la
gravité de la RD et de l’OMD mais ces images sont acquises
plus rapidement. Si cette étude se confirme sur une population
diabétique plus large, l’imagerie non mydriatique de champ ultra
large pourrait se révéler bénéfique pour évaluer la RD.
Auteurs : Silva PS, Cavallerano JD, Sun JK, Noble J, Aiello LM, Aiello LP. Correspondance
: Beetham Eye Institute, Joslin Diabetes Center, and the Department of Ophthalmology,
Harvard Medical School, Boston, Massachusetts. Etude : Nonmydriatic Ultrawide Field
Retinal Imaging Compared with Dilated Standard 7-Field 35-mm Photography and
Retinal Specialist Examination for Evaluation of Diabetic Retinopathy. Source : Am J
Ophthalmol. 2012 May 23. [Epub ahead of print], Web : http://www.ajo.com/article/
S0002-9394%2812%2900210-3/abstract

© 2019 -  mechentel medizin
Fachverlag und Nachrichtenagentur