Fachverlag und Nachrichtenagentur

Dans la majorité cas, aucun avantage de survie pour le cancer de la prostate localisé par traitement de privation androgénique primaire

Washington – mechentel news – Le traitement de choix du carcinome prostatique métastatique est toujours la dépravation androgénique primaire (PADT) toutefois ses effets sur la mortalité générale et spécifique ne sont pas encore connus. 
Avec l'utilisation généralisée et les risques possibles d'effets indésirables graves du traitement de privation androgénique, les auteurs autour d'Arnold L. Potosky au Lombardi Comprehensive Cancer Center du Georgetown University Medical Center à Washington, USA, jugent des données précises de mortalité comme étant nécessaires afin de pouvoir prendre des décisions concernant le traitement à choisir.
Ils ont mené à ces fins, une étude de cohorte rétrospective dans laquelle ils ont effectué des analyses complètes des données et du registre du cancer de trois, ce qu'on appelle, plans de santé intégrés, des caisses de maladies. Chez tous les hommes, un cancer de la prostate localisé a été diagnostiqué. Ont été inclus dans l'étude (n = 15170) les hommes avec un diagnostic réalisé entre 1995 et 2008, n'ayant reçu aucun traitement curatif et ayant été suivis jusqu'à Décembre 2010. Les principaux critères pour cette étude étaient la mortalité globale et la mortalité liée au cancer de la prostate. L'analyse a été effectuée avec les modèles à risques proportionnels de Cox avec et sans score de propension. Dans l'ensemble, le traitement de privation androgénique primaire, après ajustement des données pour toutes les caractéristiques socio-démographiques et cliniques, n'était lié ni à un risque de mortalité toutes causes confondues (risque relatif [RR] 1,04, IC à 95% 0,97 à 1,11), ni avec la mortalité par cancer de la prostate (HR 1,03, IC à 95% 0,89 à 1,19). Contrairement à la mortalité toutes causes pour laquelle le traitement de privation androgénique a été associé à un risque très faible, la mortalité par cancer de la prostate montre une corrélation statistique élevée.
Le traitement de privation androgénique a montré une corrélation pour un risque faible de mortalité générale, uniquement dans le sous groupe des hommes avec un risque élevé pour une progression du cancer (HR 0,88; 95% IC 0,78 à 0,97).
Les auteurs concluent dans le numéro de mai du journal scientifique "Journal of Clincal Oncology", qu'ils n'ont pas pu observer une influence positive du traitement par privation androgénique sur la mortalité chez les hommes avec cancer de la prostate localisé et n'ayant reçu aucun traitement curatif.
Les hommes soufrant d'une maladie à grand risque pourraient éventuellement bénéficier d'un léger avantage, s'ils sont traités par privation androgénique. Selon le groupe de travaille, l'étude livre actuellement, la meilleur preuve possible pour le manque d'avantages de survie dû au traitement par privation androgénique chez  la plupart des hommes avec un carcinome prostatique clinique, localisé. (um)

Auteurs: Potosky AL, Haque R, Cassidy-Bushrow AE, Ulcickas Yood M, Jiang M, Tsai HT, Luta G, Keating NL, Smith MR, Van Den Eeden SK. Correspondance: Arnold L. Potosky, PhD, Georgetown University Medical Center, Harris Building, Suite 4100, 3300 Whitehaven St, NW, Washington, DC 20007. E-Mail: alp49@georgetown.edu. Etude: Effectiveness of primary androgen-deprivation therapy for clinically localized prostate cancer. Source: J Clin Oncol. 2014 May 1;32(13):1324-30. doi: 10.1200/JCO.2013.52.5782. Web: http://jco.ascopubs.org/content/32/13/1324.abstract.

© 2019 -  mechentel medizin
Fachverlag und Nachrichtenagentur