Fachverlag und Nachrichtenagentur

Cancer de la prostate localisé: Durée du traitement par suppression androgénique avant radiothérapie

Rochester – mechentel news – L’essai clinique randomisé 9910 du RTOG, publié par T.M. Pisansky et ses collaborateurs de la clinique Mayo à Rochester, Etats Unis d’Amérique, évalue si une suppression androgénique (SA) prolongée administrée
avant la radiothérapie (RT) améliore le temps de survie et de maitrise du cancer de la
prostate. Les scientifiques ont randomisé 1579 patients soufrant du cancer prostatique á risque intermédiaire, soit 8 semaines de SA avant la RT suivie par 8 semaines supplémentaires de SA durant la RT (groupe 1 : total de 16 semaines), soit 28 semaines de SA avant la RT suivi par 8 semaines supplémentaires de SA durant la RT (groupe 2 : total de 36 semaines). L’étude cherche évaluer une réduction de
33% du risque de décès par cancer prostatique au sein du groupe recevant 28 semaines de SA avant la RT. Le critère de jugement dépendant du temps, est rapporté pour jusqu’à 10 ans de suivi. Les patients qualifiés des deux groupes (n=1489) étaient comparables, concernant les caractéristiques de base. Le temps de survie spécifique à dix ans pour les groupes un et deux était de 95% (95% intervalle de confiance (IC), 93.3% – 97.0%) et de 96% (95% IC, 94.6% – 98.0%; hazard ratio (HR), 0.81; P = .45). Le temps de survie globale à dix ans était de 66% (95% IC, 62.0% – 69.9%) et de 67% (95% IC, 63.0% – 70.8%; HR, 0.95; P = .62). Les incidences cumulatives à dix ans pour les groupes un et deux, dues à une progression locorégionale, étaient de 6% (95% IC, 4.3% – 8.0%) et de 4% (95% IC, 2.5% – 5.7%; HR, 0.65; P = .07). Les incidences cumulatives à dix ans des deux groupes, dues à des métastases à distance, étaient respectivement de 6% (95% IC, 4.0% – 7.7% groupe 1) et de 6% (95% IC, 4.0% – 7.6%; HR, 1.07; P =.80 groupe 2). Les incidences cumulatives à dix ans pour ces deux groupes, dues aux récidives
biochimiques (croissance du taux de PSA), étaient respectivement de 27% (95% IC, 23.1% – 29.8%) et de 27% (95% IC, 23.4% – 30.3%; HR, 0.97; P = .77). La publication parue dans le numéro de Février 2015 du Journal of Clinical Oncology conclut, qu’une durée de SA prolongée de 8 à 28 semaines avant RT n’apporte pas de meilleurs résultats. Le taux de mortalité des cancers prostatiques par cancer de la prostate. L’extension de la durée du traitement par SA de 8 semaines à 28 semaines avant la radiothérapie, n’a pas amélioré les résultats. Un taux de mortalité par cancer prostatique inferieur aux prévisions, réduit la capacité de différenciation concernant la survie spécifique á la maladie entre les deux groupes. Le standard de traitement par SA 8 semaines avant et 8 semaines au cours de la radiothérapie, garde sa validité lors du traitement du cancer de la prostate à risque intermédiaire.

Auteurs: Pisansky TM, Hunt D, Gomella LG, Amin MB, Balogh AG, Chinn Dm, Seider MJ, Duclos M, Rosenthal SA, Bauman GS, Gore EM, Rotman MZ, Lukka HR, Shipley WU, Dignam JJ, Sandler HM. Correspondance: Department of Radiation Oncology, Mayo Clinic, Rochester, USA. Étude: Duration of androgen suppression before radiotherapy for localized prostate cancer: radiation therapy oncology group randomized clinical trial 9910. Source: J Clin Oncol. 2015 Feb 1; 33(4):332-9. doi: 10.1200/JCO.2014.58.0662. Epub 2014 Dec 22. Web: http://jco.ascopubs.org/content/33/4/332.abstract

© 2022  mechentel medizin
Fachverlag und Nachrichtenagentur