Fachverlag und Nachrichtenagentur

Utilisation de l’adalimumab chez les patients atteints d’uvéite non infectieuse

UVEITIS Bristol – mechentel news – Dans un article paru dans le magazine scientifique The New England Journal of Medicine en septembre 2016, l’équipe de Glenn J. Jaffe a conclu que l’adalimumab a été associé à un risque inférieur d’éblouissements ou de déficiences visuelles avec plus d’effets indésirables, plus graves que le placebo. Les auteurs ont noté que les patients atteints d’uvéites non infectieuses ont plus de risques de complications à long terme comme une inflammation incontrolée ainsi que des effets indésirables à long terme avec les traitements glococorticoïdes. Ils ont mené un essai pour évaluer l’efficacité et l’innocuité de l’adalimumab comme corticothérapie dans le traitement de l’uvéite non infectieuse. L’étude multinationale de phase 3 a inclu des adultes atteints d’uvéite non infectieuse intermédiaire, uvéite postérieure ou panuvéite malgré un traitement de prednisone pendant au moins 2 semaines. Les investigateurs et les patients ne connaissaient pas les affectations des groupes d’étude. Les patients ont été répartis au hasard avec un ratio 1:1 pour recevoir l’adalimumab (1 dose de 80mg suivi d’une dose de 40 mg toutes les 2 semaines) ou un placebo. Tous les patients ont reçu un traitement obligatoire de prednisone avec diminution progressive pendant 15 semaines. Le point primaire d’efficacité était le temps d’échec du traitement survenant à partir de la 6ème semaine. L’échec du traitement était un résultat multifactoriel fondé sur une évaluation de nouvelles lésions inflammatoires, la MAVC, le niveau de cellules de la chambre antérieure et le degré de troubles du vitré. Neuf rangs d’efficacité secondaire ont été évalués et les événements indésirables ont été signalés. Le temps médian de l’échec du traitement était de 24 semaines pour le groupe adalimumab et de 13 semaines pour le groupe placebo. Parmi les 217 patients en intention de traiter, les personnes recevant l’adalimumab étaient moins susceptibles d’avoir un échec de traitement que le groupe placebo (risque relatif, 0.50; 95% IC, 0.36 à 0.70; P<0.001). 3 points d’évaluation secondaires (degré de changement des cellules de la chambre antérieure, changement des troubles du vitré et meilleure acuité visuelle) ont montré des résultats significativement meilleurs dans le groupe adalimumab que le groupe placebo. Des événements indésirables plus ou moins graves ont été rapportés plus souvent chez les patients ayant reçu l’adalimumab (1052.4 vs. 971.7 événements indésirables et 28.8 vs. 13.6 événements indésirables graves pour 100 personnes-années). Les auteurs ont conclu que l’adalimumab était associé à un risque moindre de poussée d’uvéite ou de déficience visuelle mais avec plus d’effets indésirables plus ou moins grave que le placebo. (sk)

Auteurs : Glenn J. Jaffe, M.D., Andrew D. Dick, M.B., B.S., M.D., Antoine P. Brézin, M.D., Ph.D., Quan Dong Nguyen, M.D., Jennifer E. Thorne, M.D., Ph.D., Philippe Kestelyn, M.D., Ph.D., M.P.H., Talin Barisani-Asenbauer, M.D., Ph.D., Pablo Franco, M.D., Arnd Heiligenhaus, M.D., David Scales, M.D., David S. Chu, M.D., Anne Camez, M.D., Nisha V. Kwatra, Ph.D., Alexandra P. Song, M.D., M.P.H., Martina Kron, Ph.D., Samir Tari, M.D., and Eric B. Suhler, M.D., M.P.H., Correspondance : Duke University, Durham, NC (G.J.J.); University of Bristol, Bristol Eye Hospital, Bristol, and National Institute for Health Research Biomedical Research Centre at Moorfields Eye Hospital and University College London Institute of Ophthalmology, London, Etude : Adalimumab in Patients with Active Noninfectious Uveitis, Source : N Engl J Med. 2016 Sep 8;375(10):932-943, Web : http://www.nejm.org/doi/full/10.1056/NEJMoa1509852

© 2019 -  mechentel medizin
Fachverlag und Nachrichtenagentur