Fachverlag und Nachrichtenagentur

Aucune différence d’incidence sur le lymphocèle après dissection des ganglions lymphatiques pelviens que ce soit par découpe ou coagulation des vaisseaux lymphatiques

PROSTATE Lucerne – mechentel news – Le lymphocèle constitue la complication la plus fréquente après la dissection des ganglions lymphatiques dans la zone du bassin (pelvic lymph node dissection, PLND). Au fil des années, différentes techniques ont été présentées pour prévenir le lymphocèle mais aucune décision définitive n’a encore être prise concernant la supériorité de l’un ou l’autre procédé. Pietro Grande et al. de la Clinique d’Urologie de l’hôpital du canton de Lucerne a présenté une étude prospective de 220 patients qui ont subi une prostatectomie radicale robotiquement assistée entre 2012 et 2015, répartis de façon randomisée en deux groupes : clips en titane (le groupe A, n = 110) ou coagulation bipolaire (le groupe B, n = 110) à la fermeture des vaisseaux lymphatiques lors de la PLND élargie (EPLND). La formation d’un lymphocèle a été recherchée par ultrason pendant 10 et 90 jours postopératoires. Le lymphocèle a été défini comme tout rassemblement de liquide clairement délimitable et il a été classé comme significativement clinique lorsqu’il exigeait un traitement. Il n’y a eu aucune différence statistiquement significative entre les groupes A et B concernant l’incidence globale d’un lymphocèle (47 % contre 48 % ; différence de -0,91 % ; 95 % d’intervalle de confiance [IA]-2,6 à 0,7 ; p = 0,9) et par rapport au taux clinique significatif du lymphocèle (5 % contre 4 % ; Différence de 0,75 %, 95% KI 0,1 – 3,2 ; p = 0,7). Les deux groupes ont été comparés selon le volume moyen du lymphocèle (30 ± différence de standard [SD] 32 contre 35 ± 39 ml ; p = 0,6), la position du lymphocèle (unilatéral, 37 % contre 35 %, p = 0,7 ; bilatéral, 13 % contre 14 %, p = 0,9) et la durée écoulée jusqu’au diagnostic du lymphocèle (95 % contre 98 % à 10 jours postopératoires ; p = 0,5). Ainsi, les auteurs soulignent dans la publication électronique préalable de la revue European Urology d’août 2016 que les recherches n’ont pu relever aucune différence dans l’apparition de lymphocèle entre la découpe ou la coagulation des vaisseaux lymphatiques, après une EPLND robotiquement assistée sur le cancer de la prostate.

Auteurs: grande P, Di Pierro gb, mordasini L, Ferrari m, Würnschimmel C, Danuser h, mattei a. Correspondance: agostino mattei, Klinik für Urologie, Luzerner Kantonsspital, Ch-6000 Luzern 16, Schweiz. e-mail: agostino.mattei@luks.ch. etude: Prospective randomized Trial Comparing Titanium Clips to bipolar Coagulation in Sealing Lymphatic vessels During Pelvic Lymph Node Dissection at the Time of robot-assisted radical Prostatectomy. Source: eur Urol. 2016 aug 17. pii: S0302-2838(16)30473-0. doi: 10.1016/j. eururo.2016.08.006. [epub ahead of print] Web: http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0302283816304730

Commentaire :
Une étude très intéressante de l’hôpital du canton de Lucerne. La différence entre l’utilisation du clip en titane ou Hemolok pour l’ablation du lymphocèle pelvien ou la coagulation bipolaire simple semble être secondaire en ce qui concerne la formation d’un lymphocèle iliaque.

© 2019 -  mechentel medizin
Fachverlag und Nachrichtenagentur