Fachverlag und Nachrichtenagentur

Proportion plus élevée de patients avec des effets secondaires et réduction de dose sous enzalutamide que sous abiratérone acétate plus prédnisone

PROSTATE Montréal – mechentel news – Le pronostic des patients avec un cancer métastatique de la prostate (CP) résistant à la castration s’est amélioré avec la disponibilité des thérapies modernes comme l’abiratérone acétate plus le prédnisone (AA+P) ou l’enzalutamide (ENZ). Mais les inquiétudes augmentent par rapport à des effets secondaires tels que des symptômes au niveau du système nerveux central, de la fatigue et des douleurs qui pourraient entraîner des réductions de dose ou des interruptions de traitement. Les travaux de Dominic Pilon et al. du groupe d’analyse de Montréal, dans la province du Québec, au Canada, ont examiné les effets secondaires liés au système nerveux, à la fatigue, aux douleurs et à des mesures de réduction de dose pour les patients traités par AA+P ou avec ENZ. Au moyen des banques de données de MarketScan, des analyses rétrospectives ont été menées, dans lesquelles les patients ont commencé à prendre depuis octobre 2012 AA+P ou ENZ (date d’index) et présentaient des conditions d’admissibilité permanentes au moins 6 mois avant la date d’index, et ont également été au moins une fois diagnostiqués avec le cancer de la prostate. La méthode de l’Inverse Probability of Treatment Weighting (IPTW) a été appliquée pour compenser le facteur parasite observé à la date initiale entre les deux groupes. Les analyses menées par Kaplan-Meier (KM) et les modèles à risque proportionnels de Cox ont été utilisés pour comparer l’apparition des symptômes du SNC, de la douleur, de la fatigue ou de la réduction de dose (par exemple l’intensité de dose [RDI] relative ≤ 80% et ≤ 85%) entre les groupes. Les symptômes du SNC, de douleur et de fatigue ont été relevés chez des patients ne présentant pas les effets concernés à la date initiale. 2 196 patients AA+P et 807 patients ENZ en tout ont été identifiés. L’IPTW a présenté des indices démographiques égalisés pour les signes de comorbidité et de maladie (AA+P = à 1,493 ENZ et = 1,510) à la date initiale. 12 mois après, 30,3 % des patients sous AA+P présentaient un effet avec symptômes au niveau du système nerveux central en comparaison à 37,5% des patients sous ENZ (p = 0,005). De même, 25,0 % des patients sous AA+P ressentaient de la fatigue contre 28,6 % des patients sous ENZ (p = 0,013). Pour 13,6 % et 20,0 % respectivement des patients sous AA+P et ENZ, une réduction de dose a été entreprise (RDI = 80% ; p 0,001). Les auteurs se sont rassemblés au ASCO Annual Meeting 2016 à Chicago et présenteront sous peu dans le Journal of Clinical Oncology le travail publié. La conclusion de cette étude nationale indique que des patients touchés par un cancer métastatique de la prostate résistant à la castration subissent davantage de symptômes du système nerveux central et de fatigue ainsi que de réduction de dose sous ENZ que sous AA+P. (bs)

Auteurs: Pilon D, behl aS, gozalo L, emond b, Xiao Y, Lefebvre P, Kane CJ. Correspondance: groupe d‘analyse, Ltée, montréal, QC, Canada. etude: assessment
of central nervous system (CNS) and dose reduction events in patients treated with abiraterone acetate plus prednisone (aa+P) or enzalutamide (eNZ). Source:
J Clin oncol 34, 2016 (suppl; abstr 5078) Web: http://meetinglibrary.asco.org/content/165701-176

© 2019 -  mechentel medizin
Fachverlag und Nachrichtenagentur