Fachverlag und Nachrichtenagentur

Le rebond du PSA après une RT lors d‘un adénocarcinome prostatique révèle-t-il une amélioration de la survie?

 

Prostate New York – mechentel news – Paul B.Romesser MD du „Department of Radiation Oncology, Memorial Sloan Kettering Cancer Center“ à New York et son équipe ont constaté dans leur étude publiée dans le joural scientifique International Journal Of Radiation,qu‘un rebond du PSA lors d’un adénocarcinome de la prostate, traité par radiothérapie externe à augmentation de dose (RTE-AD) a révélé une amélioration de la survie sans rechute du PSA (SSR-PSA), de la survie sans métastase à distance (SSMD), de la survie spécifique au cancer et de la SG. Ce rebond post-traitement (PSA-B) est bien reconnu et rapporté chez 15% à 30% des patients atteints d’adénocarcinome prostatique, traités par radiothérapie. Les scientifiques ont donc évalué la différence du PSA sans rechute (SSR-PSA), de survie sans métastase à distance (SSMD), de survie spécifique au cancer et de SG. par rapport au PSA-B ainsi que chez les patients sans rebond, traités par radiothérapie externe à dose augmentée dite (EBRT). À ces fins, 1898 adénocarcinomes de la prostate ont été traités par EBRT à ≥75 Gy avec un suivi ≥5 ans. Ceci dans un interval de temps entre 1990 et 2010. Les patients recevant une thérapie de privation d’androgènes néo- adjuvante / concomitante (n = 1 035) ou avec une valeur de PSA inférieure à quatre, obtenue 6 mois ou plus après la fin de l’EBRT (n = 87) ont été exclus. Les 776 patients évaluables ont été traités par (médiane, 81,0 Gy). Le PSA-B a été défini comme une augmentation temporaire de plus de 0,2 ng/ml, par rapport au dernier nadir du PSA, suivi d’une baisse jusqu’au nadir ou plus bas. La réapparition et l’ascension du PSA (PSA-R) a été définie comme un nadir PSA post-RT + 2 ng / ml. Le suivi médian était de 9,2 ans (IQR, 5,3-10,6 ans).
Cent vingt-trois patients (15,9%) ont présenté un PSA-B après radiothérapie externe (aussi appelée radiothérapie transcutanée) EBRT à une médiane de 24,6 mois (IQR, 16,1-38,5 mois). En analyse multivariée, un âge plus jeune (P = 0,001), un score de Gleason inférieur (P = 0,0003) et une dose de RT plus élevée (P = 0,0002) ont independemment prédit un PSA-B. Aussi était-il indépendamment associé à une diminution du risque de rechute du PSA (HR, 0,53; IC 95%, 0,33-0,85; P = 0,008), une maladie métastatique à distance (HR, 0,34; IC 95%, 0,12-0,94; P = 0,04) et à une mortalité toutes causes (HR, 0,53, IC à 95%, 0,29-0,96, P = 0,04) sur l’analyse multivariée de Cox. Comme les 50 décès spécifiques au cancer de la prostate chez les patients sans PSA-B étaient dans la cohorte sans rebond, l’analyse des risques concurrents n’était pas applicable. Le test des risques concurrentiels non paramétriques a démontré que les patients avec PSA-B avaient une survie spécifique au cancer supérieure à celle des patients sans PSA-B (P = 0,004). Les auteurs concluent donc dans leur papier, que les les patients traités par radiothérapie à dose élevée pour un adénocarcinome de la prostate subissant un PSA-B post-traitement, ont amélioré les résultats PSA-RFS, DMFS, OS et CSS.

Auteurs: Romesser PB, Pei X, Shi W, Zhang Z, Kollmeier M, Mc Bride SM, Zelefsky MJ., Correspondance: Michael J. Zelefsky, Department of Radiation Oncology, Memorial Sloan Kettering Cancer Center, 1275 York Avenue, Room SM-06, New York, NY, 10065. Electronic address: zelefskm@mskcc.org., Etude: PSA Bounce After Dose-Escalated External Beam Radiation Therapy Is an Independent Predictor of PSA Recurrence, Metastasis, and Survival in Prostate Adenocarcinoma Patients, Source Int J Radiation Oncol. 2017 Oct 13 [Epub ahead of print]. doi: 10.1016/j.ijrobp.2017.09.003, Web: http://www.redjournal.org/article/S0360-3016(17)33854-3/fulltext

Commentaire :

Ces résultats sont importants, car une augmentation du PSA après un traitement par radiothérapie peut être inquiétante. Un rebond du PSA après un traitement par curiethérapie est associé à une amélioration des résultats cliniques. Les données provenant de patients traités par RTE-AD sont contradictoires.

© 2019 -  mechentel medizin
Fachverlag und Nachrichtenagentur