Fachverlag und Nachrichtenagentur

Le moment du début d’un traitement de privation androgénique et la qualité de vie

Prostate Cancer York, United Kingdom – mechentel news – La thérapie de privation androgénique chez les patients atteints de cancer de la prostate, touchés par une rechute uniquement en cause d’une concentration croissante de l’antigène prostatique spécifique (PSA rechute) ou d’une maladie incurable, mais asymptomatiques au moment du diagnostic, pourrait affecter la qualité de vie à un moment où la maladie elle-même ne le fait pas. Le but des auteurs australiens autour de Gillian M. Duchesne du Département de radio-oncologie du Peter MacCallum Cancer Center à Melbourne était de comparer l’effet immédiat par rapport à la thérapie de privation d’androgène retardée sur la qualité de vie liée à la santé de 5 ans chez les hommes ayant participé à l’étude TOAD (Timing of Androgen Deprivation). Dans cette étude ouverte, randomisée, multicentrique, de phase III ayant été menée dans 29 centres anticancéreux publics et privés en Australie, en Nouvelle-Zélande et au Canada, les auteurs ont comparé le traitement immédiat avec la thérapie de privation d’androgène retardée chez les hommes avec une rechute de PSA après un traitement défini ou une maladie de novo incurable. Les patients ont été randomisé (1: 1) par un algorithme équilibré, basé sur base de données, et ainsi affectés à la thérapie de privation d’androgène immédiate (groupe de traitement immédiat) ou à la thérapie de privation d’androgène retardée (groupe traitement tardif). Tout type de thérapie de privation androgénique était permis, que ce soit les traitements intermittents ou continus. Les questionnaires sur la qualité de vie QLQ-C30 et PR25 de l’organisation européenne pour la recherche et le traitement du cancer (EORTC) ont été remplis avant la randomisation, tous les 6 mois pendant 2 ans et par an pour les 3 ans suivants. Le résultat principal de l’étude était la survie globale, alors que le HRQOL( Health-related quality of life) général après 2 ans représentait le critère d’évaluation secondaire. Ici, les auteurs rapportent sur les objectifs finaux secondaires prédéfinis du résultat principal „qualité de vie“. Des analyses en intention de traiter ont été réalisées. La signification statistique a été définie comme p = 0,0036. Entre le 3 Septembre 2004 et le 13 Juillet 2012, 293 hommes ont été recrutés et affectés au hasard; 151 au groupe traitement retardé et 142 au groupe de traitement immédiat. Il n’y avait pas de différence entre les deux groupes dans la qualité de vie générale liée à la santé durant 2 ans après la randomisation. Au cours des 5 années entières après la randomisation aucune différence statistiquement significative de la qualité de vie générale, du fonctionnement physique, du rôle de la fonction émotionnelle,de la fatigue, de la dyspnée, de l’insomnie ou d’un sentiment réduit de la masculinité, n’a pu être constatée. L’activité sexuelle dans le groupe traitement immédiat était plus faible que dans le groupe traitement retardé après 6 et 12 mois (moyenne au bout de 6 mois 29,20 [95% CI 24,59 à 33,80] dans le groupe à traitement retardé, par rapport à 10,40 [6,87 à 13,93 ] dans le groupe de thérapie immédiat, différence 18,80 [95% CI 13,00 à 24,59], p <0,0001; au bout de 12 mois 28,63 [24,07 à 33,18 ] vs. 13,76 [9,94 à 17,59]; 14,86 [8,95 à 20,78], p <0,0001),alors que les differences cliniqueemt significatives dépassent le seuil de 10 points au-delà de 2 ans. Le groupe de traitement immédiat a montré après 6 et 12 mois également plus de symptômes hormono-dépendants (moyenne 8,48 à 6 mois [IC à 95% 6,89 à 10,07]. 15,97 [13,92 à 18,02 ] dans le groupe traitement retardé par rapport au groupe traitement immédiat. En ce qui concerne les symptômes individuels, les bouffées de chaleur étaient cliniquement significativement plus fréquents dans le groupe de thérapie immédiate (0,31 ajustée en fonction de la proportion dans le traitement tardif par rapport à 0,5 pour un traitement immédiat, le rapport de cotes ajusté 2,7 [1,96 à 4,21]; p <0,001) sur 5 période -Year, ainsi que des gênes de mamelon ou de poitrine (0,06 contre 0,14 2,64 [1,11 à 4,34], p = 0,001313). Les auteurs concluent dans le numéro de Septembre 2017 de la revue Lancet Oncology, que la thérapie de privation androgénique immédiate est reliée à des inconvénients précoces en termes de symptômes spécifiques hormono-dépendants, mais non reliés à tout autre impact tangible sur la fonction globale ou la qualité de vie liée à la santé. Ce résultat pourrait être utilisé pour aider les hommes au moment de la prise d’une décision pour l’instauration d’un traitement pour ce stade de la maladie.(um)

Auteurs: Duchesne GM, Woo HH, King M, Bowe SJ, Stockler MR, Ames A, D’Este C, Frydenberg M, Loblaw A, Malone S, Millar J, Tai KH, Turner S., Correspondance: Prof Gillian M Duchesne, Division of Radiation Oncology, Peter MacCallum Cancer Centre, Melbourne, VIC 8006, Australia. E-Mail: gillian.duchesne@petermac.org Etude: Health-related quality of life for immediate versus delayed androgen-deprivation therapy in patients with asymptomatic, non-curable prostate cancer (TROG 03.06 and VCOG PR 01-03 [TOAD]): a randomised, multicentre, non-blinded, phase 3 trial. Source: Lancet Oncol. 2017 Sep;18(9):1192-1201. doi: 10.1016/S1470-2045(17)30426-6. Web: http://www.thelancet.com/journals/lanonc/article/PIIS1470-2045(17)30426-6/abstract

Commentaire:

Dans ce travail historique, les auteurs constatent que la thérapie anti-androgénique est associée à des symptômes négatifs de la thérapie hormonale spécifique, cependant, n’est-elle associée à aucun impact plus tangible sur la fonction globale ou la qualité de vie liée à la santé. D’autre part, cette étude ne rapporte que les symptômes perçue par le patient sans prendre en compte d’autres effets secondaires. Les résultats soutiennent l’idée que la thérapie par privation androgénique ne porte que partiellement atteinte à la qualité de vie de ces patients. Par conséquent, les préoccupations au sujet de la qualité de vie générale de ces patients ne devraient pas modifier les décisions thérapeutiques et devraient être discutées de manière adéquate avec le patient.(um)

© 2019 -  mechentel medizin
Fachverlag und Nachrichtenagentur