Fachverlag und Nachrichtenagentur

Facteurs de risque de croissance endothéliale après LASIK

 

REFRACTIVE Kfar Saba – mechentel news – L’équipe menée par Asaf Friehmann a conclu, dans une étude parue dans le magazine scientifique Journal of Refractive Surgery en février 2018, que les facteurs de risques potentiels pouvaient permettre aux chirurgiens de cerner les patients nécessitant d’être observés pour complication. Ils ont voulu analyser l’incidence et les facteurs de risques associés à la croissance épithéliale après LASIK non compliqué. Tous les patients ayant subi un LASIK sous microkératome entre janvier 2006 et décembre 2014 dans un seul centre chirurgical ont été revus. Les cas de croissance épithéliale ont été identifiés et les facteurs de risques associés ont été évalués. 149 (0,49%) des 30 574 cas avaient développé une croissance épithéliale. Le groupe de croissance épithélial était le plus âgé en comparaison aux contrôles (35,3 ± 12,3 vs 31,7 ± 10,3 ans, P = 0,001) et avaient un pourcentage plus élevé d’hypermétropie modérée à sévère (13,7% vs 5,3%, P < 0,001). Un déplacement du volet cornéen précoce ayant nécessité un repositionnement (9,4% versus 2,8%, P < 0,001) ou un soulèvement du volet pour amélioration (48,6% vs 4,3%, P < 0,001) ont été traités avec une zone optique plus petite (6 mm) (37,7% vs 15,2%, P < 0,001) avec un microkératome Moria M2 (Moria SA, Antony, France) (70,1% vs 55,5%, P = 0,02) par des chirurgiens de faible volume (n < 1,000) (5,8% vs 1,3%, P < 0,001) à une température de la salle d’opération inférieure (22,3 ± 1,8 vs 22,8 ± 1,6, P = 0,005) et avec une meilleure profondeur d’ablation (67,3 ± 29,7 vs 57,3 ± 30,3, P < 0,001). Il y avait une forte incidence de la croissance épithéliale dans le groupe avec repositionnement comparé au groupe LASIK primaire (4,8% vs 0,2%, P < 0,001). Le délai moyen entre les traitements (primaire et repositionnement) était significativement meilleur dans le groupe de croissance épithélial (moyenne: 1,110 ± 870 vs 626 ± 662 jours, P < 0,001). Il y avait une augmentation significative du taux de croissance épithéliale avec le temps entre le LASIK primaire et le repositionnement, avec un pic entre 4 et 5 ans (P < 0,001). En analyse multivarié, le soulèvement du volet pour repositionnement (odds ratio [OR] = 19,5, P < 0,001), une zone optique de 6mm (OR = 2,2, P < 0,001), une hypermétropie modérée à sévère (OR = 2,4, P = 0,005), une meilleure profondeur d’ablation (OR = 1,005, P < 0,001) et un faible volume du chirurgien (OR = 3,9, P = 0,01) étaient associés à une croissance épithéliale (total R2 = 15,4). Les auteurs ont conclu que tous ces facteurs de risques potentiels pouvaient indiquer aux chirurgiens quels sont les sujets qui méritent d’être observés de plus près pour la complication avec croissance épithéliale. (sk)

Auteurs : Asaf Friehmann, MD; Michael Mimouni, MD; Arie Y. Nemet, MD; Tzahi Sela, BSc; Gur Munzer, LLB; Igor Kaiserman, MD, MSc, MHA, Correspondance : Asaf Friehmann, MD, Department of Ophthalmology, Meir Medical Center, Kfar Saba, Israel. E-mail: friehmann1@gmail.com, Etude : Risk Factors for Epithelial Ingrowth Following Microkeratome-Assisted LASIK, Source : J Refract Surg. 2018 Feb 1;34(2):100-105. doi: 10.3928/1081597X-20180105-01, Web : https://www.healio.com/ophthalmology/journals/jrs/2018-2-34-2/%7Bb9d2a105-621a-42cd-ab49-c14ed87226fc%7D/risk-factors-for-epithelial-ingrowth-following-microkeratome-assisted-lasik

© 2022  mechentel medizin
Fachverlag und Nachrichtenagentur