La surveillance active des kystes rénaux compliqués peut aider à éviter une chirurgie inutile

 

ONCOLOGY Toronto – mechentel news – L’objectif de l’équipe de Thenappan Chandrasekar dans cette étude monocentrique, publiée dans le numéro de septembre 2017 du Journal scientifique The Journal Of Urology, est d’examiner les résultats des kystes rénaux compliqués (Bosniak IIF, III IV). À cette fin, l’équipe de la Division d’oncologie urologique du Centre de cancérologie Princess Margaret, du Réseau universitaire de santé et de l’Université de Toronto (Canada) a analysé rétrospectivement les données d’une cohorte de 336 patients entre 2001 et 2013), en premier lieu par rapport à la mortalité toutes causes (OM) ainsi que la survie spécifique au cancer (CSS). En outre, ont aussi été étudiées, la progression radiologique et clinique, l’amélioration et, si possible, l’histologie des kystes après résection rénale ou néphrectomie. 80,7% de la cohorte n’ont pas subi d’interventions chirurgicales. Les kystes de Bosniak IIF ont été opérés dans 5,4% des cas, avec 30,3% pour Bosniak III et 62,1% pour Bosniak IV. Le plus souvent, l’intervention a due avoir lieu en raison de l’âge du patient. Ainsi, l’âge médian des patients ayant subi une chirurgie était de 50,1 ans (ET 15,9) et de 62,5 ans chez ceux ètant seulement surveillés (ET 13,9). Un autre facteur était la complexité du kyste dans l’indication. Un suivi médian de 67,1 mois (extrêmes 34,4 – 101,6) a montré un décès lié au cancer de (0,3%). Le taux de CSS était de 99,7%. L’OM était de 6,2%.(cw/um)

Auteurs: Chandrasekar T1, Ahmad AE1, Fadaak K1, Jhaveri K2, Bhatt JR3, Jewett MAS1, Finelli A4, Correspondance: 1 Division of Urologic Oncology, Department of Surgical Oncology, Princess Margaret Cancer Centre, University Health Network and University of Toronto, Toronto, Ontario, Canada. 2 Joint Department of Medical Imaging, Princess Margaret Cancer Centre, University Health Network and University of Toronto, Toronto, Ontario, Canada. 3 Department of Urology, University Hospital Ayr, Ayr, United Kingdom., 4 Division of Urologic Oncology, Department of Surgical Oncology, Princess Margaret Cancer Centre, University Health Network and University of Toronto, Toronto, Ontario, Canada. Electronic address: antonio.finelli@uhn.ca., Étude: Natural History of Complex Renal Cysts: Clinical Evidence Supporting Active Surveillance., Source: J Urol. 2017 Sep 20. pii: S0022-5347(17)77564-7. doi: 10.1016/j.juro.2017.09.078. [Epub ahead of print], Web: https://doi.org/10.1089/end.2018.0001

Commentaire:

Ces données montrent que la surveillance active des kystes rénaux compliqués, peut parfois épargner aux patients une intervention chirurgicale inutile. Aussi ces kystes ne semblent contribuer que très peu à la mortalité spécifique au cancer, confirmant une attitude attentiste, en particulier chez les patients âgés. Toutefois, l’étude montre une incertitude considérable, vue sa nature rétrospective et l’absence de critères de suivi cohérents. En outre, l’indication individuelle de la chirurgie par rapport à la surveillance active devrait être mentionnée comme le biais de sélection le plus important, puisque cette décision a été prise sans directives claires d’étude.(cw/um)
Auteur: Dr. med. univ. Christoph Würnschimmel, Clinique d’Urologie, Hôpital cantonal de Lucerne.

1. Juli 2018