Fachverlag und Nachrichtenagentur

Surveillance active aussi pour les kystes rénaux de type Bosniak III et IV sûr et sécuritaire

 

KIDNEY CANCER Philadelphie – mechentel news – Le nombre croissant de patients atteints d’un cancer du rein nouvellement diagnostiqué est le résultat direct de l’utilisation accrue de l’échographie et de l’imagerie transversale qui permet aux urologues de détecter des kystes rénaux non diagnostiqués auparavant. Les auteurs, dirigés par Andrew G. McIntosh du Fox Chase Cancer Center au Temple University Hospital en Philadelphie, PA, États-Unis, ont décrit dans cette étude leurs expériences avec 457 patients, recueillis dans un seul centre. Chez tous les patients,durant un intervalle de temps entre 2000 et 2016, des kystes rénaux (Bosniak III et IV) ont été diagnostiqués et surveillés activement sans traitement. Les lésions étaient localisées (cT1-2) et étaient exemptes de nodules (cN0) ou d’autres métastases du site (cM0). Les patients inclus dans l’étude ont eu un suivi d’au moins cinq ans après le diagnostic. Après cinq ans, 42% des patients ont été soumis à une intervention tardive. Cependant, l’intervention chirurgicale retardée n’était pas associée à une survie globale plus faible. Sur les 99 patients avec une surveillance active sans intervention différée, un seul a développé une métastase au cours du suivi. Les auteurs concluent donc dans le numéro d’avril 2018 du journal European Urology, que pour les lésions localisées Bosniak III et IV, une surveillance active avec ou sans intervention différée est une stratégie sûre et efficace.(mm/um)

Auteurs: McIntosh AG, Ristau BT, Ruth K, Jennings R, Ross E, Smaldone MC, Chen DYT, Viterbo R, Greenberg RE, Kutikov A, Uzzo RG. Correspondance: Andrew G. McIntosh, Department of Urology, Temple University Hospital, 3401 N. Broad Street, Suite 330C, Philadelphia, PA 19140, USA. E-Mail: agemcintosh@gmail.com. Ètude: Active Surveillance for Localized Renal Masses: Tumor Growth, Delayed Intervention Rates, and >5-yr Clinical Outcomes. Source: Eur Urol. 2018 Apr 3. pii: S0302-2838(18)30187-8. doi: 10.1016/j.eururo.2018.03.011. [Epub ahead of print] Web: https://www.europeanurology.com/article/S0302-2838(18)30187-8/fulltext

commentaire
Dans cet article intéressant, les auteurs évaluent la faisabilité de la surveillance active pour les patients atteints de kystes rénaux localisés. Les auteurs ont observé que la majorité des patients n’avaient pas besoin d’une intervention chirurgicale dans les cinq ans suivant le diagnostic, avec un seul cas de métastase survenu au cours du suivi. De plus, aucune différence de survie n’a été rapportée chez les patients ayant présenté une progression au cours de la surveillance active et ayant été traités avec retard par chirurgie. Ces résultats suggèrent la possibilité de traiter en toute sécurité ces types de tumeurs avec une approche moins invasive. Avec les nouvelles données à venir sur l’imagerie par résonance magnétique, ces résultats pourraient même s’améliorer avec l’utilisation de cette technique.(mm/um)

Dr. med. Dr. rer. nat. Marco Moschini, médecin assistant Clinique d’urologie, Hôpital cantonal de Lucerne

© 2019 -  mechentel medizin
Fachverlag und Nachrichtenagentur