Panphotocoagulation rétinienne vs ranibizumab pour les rétinopathies diabétiques proliférantes

MEDICAL RETINA Baltimore – mechentel news – L’équipe menée par Susan B. Bressler a conclu, dans une étude parue sur le site internet du magazine scientifique Ophthalmology en juillet 2018 que, pour les yeux traités par panphotocoagulation rétinienne (PPR), un taux d’hémoglobine glyquée et une rétinopathie diabétique plus sévère étaient associés à une amélioration moindre de la vision et un risque élevé de développer un œdème maculaire du diabétique (OMD) avec détérioration de la vision centrale. Les auteurs ont voulu identifier les facteurs de départ associés à des changements d’acuité visuelle ou un développement d’OMD avec détérioration de la vision centrale pendant 2 ans lors d’un traitement pour la rétinopathie diabétique proliférante (RDP) avec ranibizumab ou PPR. L’équipe a réalisé des analyses post-hoc de données d’études cliniques randomisées multicentriques. Ont été inclus les yeux ayant réalisé leur visite à 2 ans (n = 328) ou sans OMD avec détérioration de la vision centrale au départ (n = 302) dans le Diabetic Retinopathy Clinical Research Network Protocol S. Les patients ont été traités par injection intravitréenne de ranibizumab (0,5 mg/0,05 ml) ou PPR. Après sélection du modèle multivarié avec ajustement de l’acuité visuelle de départ et de l’épaisseur centrale, aucun facteur n’a été identifié comme associé avec un changement d’acuité visuelle ou un développement d’OMD avec détérioration de la vision centrale dans le groupe ranibizumab. Dans le groupe PRP, des changements négatifs sur l’acuité visuelle étaient plus souvent rapportés avec une augmentation de l’hémoglobine glyquée (–0,6 lettres pour 1% d’augmentation; 95% d’intervalle de confiance [IC], –1,2 to–0,1 lettres; P = 0,03), une rétinopathie diabétique plus sévère (différence entre risque élevé RPD ou mauvais vs. modéré RPD ou mieux, –2,8 lettres [95% IC, –5,5 to –0,2 lettres]; P = 0,003) et une forte pression artérielle (différence entre ≥100 mmHg vs. <100 mmHg, –2,0 lettres [95% IC, –4,6 to 0,5 lettres]; P = 0,009). Le développement d’un OMD avec détérioration de la vision centrale était plus fréquemment associé à un taux important d’hémoglobine glyquée (hazard ratio (HR) pour 1% d’augmentation, 1,31 [95% IC, 1,13–1,52]; P < 0,001), une rétinopathie diabétique plus sévère (HR pour risque fort de RPD ou RPD mauvaise vs. modérée ou mieux, 1,46 [95% IC, 0,73–2,92]; P = 0,03) et la présence d’anomalies cystoïdes à moins de 500µm du centre de la macula (HR, 2,90 [95% IC, 1,35–6,24]; P = 0,006). L’équipe menée par Susan B. Bressler a conclu que, pour les yeux traités par PPR, un plus haut niveau d’hémoglobine glyquée ou une rétinopathie diabétique plus importante ont été associés à des améliorations moindres de la vision et un risque accru de développement d’OMD avec détérioration de la vi-sion centrale. Les auteurs précisent que lors de la prise en charge de la RPD avec ranibizumab, les yeux ont eu un gain de vision, sans caractéristiques identifiées au départ avec l’acuité visuelle ou les résultats d’amélioration centrale de l’OMD. (sk)

Auteurs : Susan B. Bressler, MD, Wesley T. Beaulieu, PhD, Adam R. Glassman, MS, Jeffrey G. Gross, MD, Michele Melia, ScM, Eric Chen, MD, Michael R. Pavlica, MD, Lee M. Jampol, MD for the Diabetic Retinopathy Clinical Research Network, Correspondance : Wilmer Eye Institute, Johns Hopkins University School of Medicine, Baltimore, Maryland, drcrstat8@jaeb.org, Etude : Panretinal Photocoagulation Versus Ranibizumab for Proliferative Diabetic Retinopathy, Source : Ophthalmology. 2018 Jul 3. pii: S0161-6420(18)30577-3. doi: 10.1016/j.ophtha.2018.04.039. [Epub ahead of print], Web : https://www.aaojournal.org/article/S0161-6420(18)30577-3/abstract

23. September 2018