Fachverlag und Nachrichtenagentur

Le logiciel Da-Vinci évalue les données cinematiques et d’utilisation des chirurgiens „consolistes“ de différents degrés d’expertise

 

PROSTATE CANCER Los Angeles – mechentel news – Cette étude réalisée par Andrew J. Hung du Centre de simulation robotique et d’éducation du département d’urologie Catherine et Joseph Aresty de l’Université de Californie du Sud à Los Angeles (États-Unis) a utilisé le logiciel de recherche exclusif de Da Vinci („dVLogger“), afin d’nalyser les données cinématiques (caractéristiques de mouvement, vitesse de déplacement, excursion de mouvement et angle des instruments)et d’utilisation (fréquence des mouvements de la caméra, changement d’instrument). L’utilisation de contrôles Da-Vinci généraux et l’application de courant bipolaire ou monopolaire ont également été évaluées. Les différences entre un chirurgien consoliste déjà avancé (100-750 cas) et un chirurgien consoliste „super-expert“ (2100-3500 cas) ont été comparées à l’aide d’un programme de mesure automatisée des performances (APM) adapté à ce logiciel, similaire à un score objectif. Au total, les données vidéo synchronisées de 14 chirurgiens dans 125 prostatectomies ont été comparées. En moyenne, les „experts“ avaient déjà eu l’expérience de 150 cas (100-750) et les „super-experts“ d’une moyenne de 3000 cas (2100-3500). L’intervention a été divisée en 10 étapes et l’APM a été comparée (mobilisation vésicale, fascia endopelvien, col vésical, vésicule séminale, dissection postérieure, pédicule, dissection apicale, anastomose, ganglion gauche, ganglion droit). Il a été démontré qu’il y avait une différence significative entre experts et super-experts dans l’évaluation de l’APM en faveur des super-experts (p < 0,05) dans les étapes partielles particulièrement pertinentes (col vésical, pédicule, dissection apicale et anastomose). Outre l’APM, il y avait également une différence significative dans le nombre de ganglions lymphatiques éliminés (moyenne 22,6 contre 14,9), la perte sanguine (125 contre 130 ml) et moins de reprises postopératoires (1% contre 13%) en faveur des super-experts (p < 0,05). Comme le notent les auteurs dans le numéro de mai 2019 du journal scientifique BJU INTERNATIONAL, bien qu’il y ait eu une tendance vers de meilleurs résultats oncologiques et fonctionnels pour les super-experts, aucune preuve statistiquement significative n’a pu être émise (récidive biochimique 5% contre 15%, p = 0,013 ; continence après 3 mois 36 % contre 18%). (cw/um)

Tableau voire page xxxx
( Seitenzahl einfüguen wo der Artikel mit dem Titel “ Da-Vinci-Forschungssoftware erlaubt Auswertung kinematischer und Nutzungs-Daten von KOnsolenchirurgen unterschiedlicher Expertise“

Auteurs: Hung AJ, Oh PJ, Chen J, Ghodoussipour S, Lane C, Jarc A, Gill IS. Correspondance: Andrew J. Hung, MD, University of Southern California Institute of Urology, 1441 Eastlake Avenue Suite 7416, Los Angeles, CA 90089, USA. E-Mail: andrew.hung@med.usc.edu Étude: Experts vs super-experts: differences in automated performance metrics and clinical outcomes for robot-assisted radical prostatectomy. Source: BJU Int. 2019 May;123(5):861-868. doi: 10.1111/bju.14599. Web: https://onlinelibrary.wiley.com/doi/abs/10.1111/bju.14599

Commentaire

Avec l’avènement de la chirurgie assistée par robot, la prostatectomie radicale en Suisse a subi des changements fondamentaux. L’expertise chirurgicale peut être évaluée à l’aide de modèles logiciels et d’analyses vidéo. Reste à voir quel effet ces analyses pourraient avoir sur les futurs chirurgiens consolistes. (cw/um)

Auteur: Dr. med. univ. Christoph Würnschimmel, Assistenzarzt Luzerner Kantonsspital

© 2022  mechentel medizin
Fachverlag und Nachrichtenagentur