Fachverlag und Nachrichtenagentur

Pas de différence de qualité de vie grâce à des re-biopsies sous surveillance active entre les patients avec et sans carcinome à la biopsie initiale

 

PROSTATE CANCER Seattle – mechentel news – John F. Burns du Virginia Mason Medical Center de Seattle et d’autres collègues des États-Unis étudient les effets sur la qualité de vie des biopsies récurrentes chez les patients sous surveillance active, en fonction du dépistage ou non du CP à l’étape de la biopsie initiale. À cette fin, les scientifiques ont inclu dans leur étude des patients inscrits dans la base de données nationale multicentrique du Center for Prostate Disesae Research Multicenter National Database des États-Unis entre 2007 et 2015. Tous les patients ont rempli le questionnaire EPIC (Expanded Prostate Cancer Index Composite) et le questionnaire RAND SF-36 (36 Item Short Form Health Survey), pour la biopsie de référence et le suivi régulier. 637 patients ont été identifiés dans la base de données. 637 patients ont été identifiés dans la base de données. Parmi eux 20,3 % ont reçu un diagnostic de cancer de la prostate par biopsie de référence et 79,9 % se sont ensuite retrouvés dans groupe „non cancer“. Le suivi dans le groupe cancer de la prostate a été en moyenne de 34,7 +/- 16,9 mois et de 31,6 +/- 14,6 mois dans le groupe non cancer. Parmi les patients atteints d’un cancer de la prostate, 60,7 % ont subi une nouvelle biopsie sous surveillance active, tandis que chez le groupe non cancer, une nouvelle biopsie a été réalisée chez 27,1 %. Les auteurs déclarent dans le numéro de mai 2019 du JOURNAL OF UROLOGY que la comparaison des patients qui avaient déjà eu un cancer lors de la biopsie initiale avec ceux qui n’en avaient pas au moment de la biopsie initiale, n’a montré aucune différence significative dans la qualité de vie des patients, représentée par les scores EPIC et RAND SF-36 scores. Même de multiples re-biopsies n’ont montré aucune différence significative. (cw/um)

Auteurs: Burns JF, Hurwitz LM, Levie KE, Caumont F, Brand TC, Rosner IL, Stroup S, Musser JE, Cullen J, Porter CR. Correspondance: Jennifer Cullen, Epidemiologic Research Program, Henry M. Jackson Foundation for the Advancement of Military Medicine in support of the Center for Prostate Disease Research, Department of Surgery, Uniformed Services University of the Health Sciences, 1530 East Jefferson St., Rockville, Maryland 20852, USA. E-Mail: jcullen@cpdr.org, Étude: Impact of Subsequent Biopsies on Comprehensive Health Related Quality of Life in Patients with and without Prostate Cancer. Source: J Urol. 2019 May;201(5):916-922. doi: 10.1097/JU.0000000000000024. Web: https://www.auajournals.org/doi/10.1097/JU.0000000000000024

Commentaire

La surveillance active du cancer de la prostate reste dominée par la nécessité de pratiquer des biopsies à intervalles réguliers. Bien qu’il ne soit pas contesté que les patients doivent subir une intervention chirurgicale invasive à chaque biopsie et, avec une certaine probabilité, des complications postopératoires (en particulier des infections), cette étude révèle heureusement qu’au moins au niveau psychique, la re-biopsie n’a aucun effet significatif. Indépendamment du fait que le patient ait déjà reçu ou non le diagnostic du cancer de la prostate. (cw/um)

Auteur: Dr. med. univ. Christoph Würnschimmel, Assistenzarzt Luzerner Kantonsspital

© 2019 -  mechentel medizin
Fachverlag und Nachrichtenagentur