Fachverlag und Nachrichtenagentur

Recommandations pour la prescription d‘opioïdes après des procédures endourologiques et urologiques mini-invasives : Un consensus du groupe d‘experts

 

ENDOUROLOGY Baltimore – mechentel news – Aux États-Unis, les opiacés sont souvent prescrits après une intervention chirurgicale. En 2018, la Société américaine d‘urologie (AUA) a emis une vague recommandation pour réduire le dosage et préférer les opiacés à faible concentration. Toutefois, une directive spécifique sur les prescriptions n‘a pas été publiée. Afin de combler cette lacune, un comité d‘experts composé de 15 membres (médecins spécialistes de diverses disciplines, résidents, personnel infirmier, patients) a tenté de présenter dans cette publication une recommandation pour la prescription d‘opioïdes après des procédures endourologiques et mini-invasives. Le panel a convenu qu‘en principe, toutes les opérations examinées pouvaient également être réalisées avec un régime opiacés zéro, à condition que l‘analgésie alternative soit pleinement exploitée et que le patient la tolère. Il est intéressant de noter que les urologues sont souvent plus susceptibles de prescrire une dose d‘opiacés plus élevée que les autres spécialistes, conclu le panel dans le numéro de janvier du journal scientifique THE JOURNAL OF UROLOGy. (cw/um)

Auteurs: Koo K1, Faisal F1, Gupta N1, Meyer AR1, Patel HD1, Pierorazio PM1, Matlaga BR1; Promoting Opioid Stewardship in Endourology Work Group; Promoting Opioid Stewardship in Endourology Work Group., Allaf ME, Gorin MA, Gupta M, Han M, Johnson MH, Padilla A, Pavlovich CP, Sharpe W., Correspondance: Department of Urology, The Johns Hopkins University School of Medicine, Baltimore, Maryland., Étude Recommendations for Opioid Prescribing after Endourological and Minimally Invasive Urological Surgery: An Expert Panel Consensus., Source: J Urol. 2020 Jan;203(1):151-158. doi: 10.1097/JU.0000000000000514. Epub 2019 Aug 29., Web: https://www.auajournals.org/doi/10.1097/JU.0000000000000514

Commentaire Cette „déclaration de consensuelle“ des États-Unis peut certainement servir de matière à réflexion pour la révision de certains schémas d‘analgésie. En fin de compte, cette publication a une fois de plus soutenu le „schéma au niveau de l‘OMS“ qui a fait ses preuves. Selon laquelle, la médication devrait commencer avec des analgésiques non opiacés de (niveau 1 OMS) (paracétamol, métamizole, inhibiteurs de la COX, AINS, ), se poursuivre avec des opiacés de faible puissance (tramadol, dihydrocodéine…) et les opiacés de forte puissance (oxycodone, morphine…) ne devraient être utilisés que dans des cas exceptionnels. (cw/um)

Auteur: Dr. med. univ. Christoph Würnschimmel, Assistenzarzt Luzerner Kantonsspital

© 2019 -  mechentel medizin
Fachverlag und Nachrichtenagentur