Fachverlag und Nachrichtenagentur

Microhématurie pour la détection du cancer de la vessie, du haut de l’abdomen et du rein : une revue systématique et des méta-analyses actualisées.

Microhématurie pour la détection du cancer de la vessie, du haut de l’abdomen et du rein : une revue systématique et des méta-analyses actualisées.

BLADDER CANCER Sheffield – mechentel news – L’hématurie est un symptôme urologique courant et son apparition peut indiquer la présence de calculs dans les voies urinaires, une infection ou un cancer. L’hématurie visible est acceptée comme une indication à étudier, compte tenu des risques de pathologie importante. En revanche, la nécessité d’examiner les personnes atteintes d’hématurie non visible est controversée. Environ 20% des hommes de plus de 60 ans souffrent d’une hématurie invisible, mais seule une partie d’entre eux ont un cancer. Les auteurs de cette revue systématique ont évalué la littérature en ce qui concerne la précision diagnostique de la microhématurie et de la cytologie urinaire. Ils ont trouvé 40 articles avec un total de 19193 patients. La probabilité de cancer urologique chez les patients atteints de microhématurie augmente avec l’âge (<1% chez les patients âgés de moins de 40 ans), le sexe masculin et le tabagisme. Moins d’1% des patients sont diagnostiqués avec un cancer urologique après une évaluation négative de la microhématurie. Les taux de détection du cancer chez les personnes examinées pour une hématurie non visible allaient de 0 à 16% pour le cancer de la vessie (37 études), de 0 à 3,5% pour l’UTUC (30 études) et de 0 à 9,7% pour le cancer du rein (29 études). L’équipe d’auteurs dirigée par Ibrahim Jubber a découvert que l’hématurie détectée par les bandelettes réactives devait être étudiée chez les patients âgés de 40 ans et plus, chez lesquels les causes déclenchantes possibles avaient été exclues auparavant. Les auteurs de l’étude, publiée dans le numéro de novembre 2019 d’EUROPEAN UROLOGY, recommandent une réévaluation des patients avec examens initiaux sans symptômes chez ceux à haut risque ou lorsque de nouveaux symptômes apparaissent. (mm/um)

Auteurs: Ibrahim Jubber a, Shahrokh F. Shariat b,c,d,e,f, Samantha Conroy a, Wei Shen Tan g,h, Patrick C. Gordon i, Yair Lotan d, Edward M. Messing j, Arnulf Stenzl k, Bas van Rhijn l, John D. Kelly g,m, James W.F. Catto a, Marcus G. Cumberbatch a,* a Academic Urology Unit, University of Sheffield, Sheffield, UK; b Department of Urology, Comprehensive Cancer Center, Medical University of Vienna, Vienna, Austria; c Department of Urology, Weill Cornell Medical College, New York, NY, USA; d Department of Urology, University of Texas Southwestern, Dallas, TX, USA; e Department of Urology, Second Faculty of Medicine, Charles University, Prague, Czech Republic; f Institute for Urology and Reproductive Health, I.M. Sechenov First Moscow State Medical University, Moscow, Russia; g Division of Surgery and Interventional Science, University College London, London, UK; h Department of Urology, Imperial College Healthcare NHS Trust, London, UK; i Department of Urology, Sheffield Teaching Hospital NHS Trust, Sheffield, UK; j University of Rochester School of Medicine and Dentistry, Rochester, NY, USA; k Department of Urology, University of Tübingen Medical School, Tübingen, Germany; l Department of Surgical Oncology (Urology), Netherlands Cancer Institute—Antoni van Leeuwenhoek Hospital, Amsterdam, The Netherlands; mDepartment of Urology, University College London Hospitals, London, UK, Korrespondenz : * Corresponding author. Academic Unit of Urology, G Floor, The Medical School, University of Sheffield, Beech Hill Road, Sheffield S10 2RX, UK. Tel. +44 (0)114 226 1229, Fax: +44 (0)114 271 2268. E-mail address: m.g.cumberbatch@sheffield.ac.uk (M.G. Cumberbatch)., Étude : Jubber I, et al. Non-visible haematuria for the Detection of Bladder, Upper Tract, and Kidney Cancer: An Updated Systematic Review and Meta-analysis., Source: Eur Urol (2019), https://doi.org/10.1016/j.eururo.2019.10.010, Web : https://www.europeanurology.com/article/S0302-2838(19)30776-6/pdf

Commentaire:

Les auteurs évaluent la littérature concernant l’hématurie non visible et concluent que les patients âgés de 40 ans et plus devraient être examinés pour le risque de cancer urologique. Cet aspect doit être pris en compte dans l’évaluation diagnostique des patients urologiques atteints de microhématurie. (mm/um)

Auteur : Dr. med. Dr. rer. nat. Marco Moschini, Assistenzarzt Luzerner Kantonsspital

© 2019 -  mechentel medizin
Fachverlag und Nachrichtenagentur