Fachverlag und Nachrichtenagentur

Radiothérapie de sauvetage contre thérapie hormonale pour une défaillance de l’antigène spécifique du cancer de la prostate après une prostatectomie radicale

 

PROSTATE CANCER Fukuoka – mechentel news – Malgré les améliorations dans la détection et le traitement des patients atteints d’un cancer de la prostate localisé, jusqu’à 35% des hommes développent une défaillance de l’antigène spécifique de la prostate après une prostatectomie radicale. La plupart de ces récidives sont détectées par une augmentation de la concentration en PSA uniquement, sans savoir si cela est lié à une récidive locale ou à des métastases éloignées. Il n’existe toujours pas de thérapie standard pour le traitement des patients atteints d’un cancer de la prostate localisé et d’une défaillance de l’antigène spécifique de la prostate après une prostatectomie radicale. Les auteurs de cette étude multicentrique, randomisée et ouverte de phase III ont cherché à savoir si la radiothérapie avec ou sans hormonothérapie est supérieure à l’hormonothérapie seule chez ces patients. Ils ont sélectionné des patients atteints d’un cancer de la prostate localisé dont les concentrations de PSA après prostatectomie radicale ont chuté à <0,1 ng/ml, puis ont augmenté à 0,4-1,0 ng/ml. Ceux-ci ont été attribués au hasard au groupe de l’hormonothérapie de sauvetage ou à la radiothérapie de sauvetage avec ou sans hormonothérapie. De 2004 à 2011, 210 patients ont été enregistrés, avec un suivi moyen de 5,5 ans. L’équipe de recherche dirigée par Akira Yokumizo a découvert que la radiothérapie de sauvetage est plus bénéfique que l’hormonothérapie seule car elle prolonge le délai avant l’échec du traitement par rapport aux patients traités avec l’hormone seule. (mm/um)

Auteurs: Akira Yokomizo a, Masashi Wakabayashi b, Takefumi Satoh c, Katsuyoshi Hashine d, Takahiro Inoue e, Kiyohide Fujimoto f, Shin Egawa g, Tomonori Habuchi h, Kiyotaka Kawashima i, Osamu Ishizuka j, Nobuo Shinohara k, Mikio Sugimoto l, Yasushi Yoshinom, Keiji Nihei n, Haruhiko Fukuda b, Ken-ichi Tobisu o, Yoshiyuki Kakehi l, Seiji Naito a, Correspondance : a Department of Urology, Harasanshin Hospital, Fukuoka, Japan; b Japan Clinical Oncology Group Data Centre/Operations Office, National Cancer Centre Hospital, Tokyo, Japan; c Department of Urology, Kitasato University School of Medicine, Kanagawa, Japan; d Department of Urology, National Hospital Organization Shikoku Cancer Centre, Ehime, Japan; e Department of Urology, Kyoto University Hospital, Kyoto, Japan; f Department of Urology, Nara Medical University, Nara, Japan; g Department of Urology, Jikei University Hospital, Tokyo, Japan; h Department of Urology, Akita University Graduate School of Medicine, Akita, Japan; i Department of Urology, Tochigi Cancer Centre, Tochigi, Japan; j Department of Urology, Shinshu University School of Medicine, Nagano, Japan; k Department of Renal and Genitourinary Surgery, Hokkaido University Hospital, Hokkaido, Japan; l Department of Urology, Faculty of Medicine, Kagawa University, Kagawa, Japan; m Department of Urology, Nagoya University School of Medicine, Nagoya, Japan; n Division of Radiation Oncology, Tokyo Metropolitan Cancer and Infectious Diseases Centre, Komagome Hospital, Bunkyo City, Japan; o Tokyo Metropolitan Cancer and Infectious disease Centre, Komagome Hospital, Bunkyo City, Japan, Étude : Salvage Radiotherapy Versus Hormone Therapy for Prostate-specific Antigen Failure After Radical Prostatectomy: A Randomised, Multicentre, Open-label, Phase 3 Trial (JCOG0401)y. Source: Eur Urol (2019), https:// doi.org/10.1016/j.eururo.2019.11.023, Web: https://www.europeanurology.com/article/S0302-2838(19)30896-6/fulltext

Commentaire

La question de savoir si la radiothérapie de sauvetage améliore les chances de survie des patients souffrant de récidive biochimique reste ouverte. La détermination exacte de la fenêtre thérapeutique pour frapper la tumeur dans le lit prostatique avant qu’elle ne s’étende est de la plus haute importance. Les auteurs de cette étude, qui a été publiée dans la revue EUROPEAN UROLOGY en novembre 2019, concluent que les patients traités par prostatectomie radicale avec une valeur de PSA de 0,4-1,0 ng/ml après une rechute du PSA peuvent s’attendre à de meilleurs résultats avec la radiothérapie de sauvetage. (mm/um)

Auteur : Dr. med. Dr. rer. nat. Marco Moschini, Assistenzarzt Luzerner Kantonsspital

© 2019 -  mechentel medizin
Fachverlag und Nachrichtenagentur