Fachverlag und Nachrichtenagentur

Chimioembolisation primaire du carcinome urothélial de bas grade des voies supérieures à l’aide de l’UGN-101, un gel thermique inverse contenant de la mitomycine (OLYMPUS) : une étude de phase 3 ouverte et à un seul bras

BLADDER CANCER Ramat Gan Les tumeurs des voies urinaires supérieures représentent un défi pour les urologues avec des options thérapeutiques limitées. En particulier dans le cas des tumeurs de bas grade, la résection endoscopique est souvent associée à un taux élevé de récidive alors que le risque de progression reste le même. D’autre part, le traitement radical par néphrectomie pourrait constituer un traitement excessif pour les patients présentant un faible risque de maladie et être associé au risque de dialyse en raison de la perte de la fonction rénale. Dans cette étude ouverte de phase 3 à bras unique, les participants ont été recrutés dans 24 institutions universitaires aux États-Unis et en Israël. Les patients présentaient des tumeurs de bas grade des voies urinaires supérieures détectées par biopsie primaire ou récurrente. Ils ont reçu six instillations de mitomycine (une par semaine) par le biais d’un cathéter rétrograde dans le bassin rénal et les calices pelviens rénaux. Chez tous les patients, une évaluation planifiée de la tumeur primaire a été effectuée 4 à 6 semaines après la fin de la thérapie primaire. La mitomycine était administrée par un gel thermique inverse, qui servait à transporter la mitomycine dans les voies urinaires supérieures. Au total, 71 patients ont été traités entre 2017 et 2018. La durée médiane du suivi était de 11 mois. 60% des patients ont montré une réponse complète dans l’évaluation de la maladie sous-jacente. Au total, 44% d’entre eux présentaient une sténose urétérale, 32% une infection urinaire, 31% une hématurie et 30% une douleur au flanc. L’équipe dirigée par Nir Kleinmann du département d’urologie du centre médical Sheba à Ramat Gan, en Israël, conclut que l’ablation chimique du cancer primaire est bénéfique pour éradiquer la maladie et pourrait être proposée aux patients comme une alternative de traitement épargnant les reins. Les résultats de l’étude ont été publiés en ligne avant d’être imprimés dans la revue THE LANCET ONCOLOGY en avril 2020. (mm/um)

Auteurs: Nir Kleinmann 1, Surena F Matin 2, Phillip M Pierorazio 3, John L Gore 4, Ahmad Shabsigh 5, Brian Hu 6, Karim Chamie 7, Guilherme Godoy 8, Scott Hubosky 9, Marcelino Rivera  10, Michael O’Donnell 11, Marcus Quek  12, Jay D Raman 13, John J Knoedler 13, Douglas Scherr 14, Joshua Stern 15, Christopher Weight 16, Alon Weizer 17, Michael Woods 12, Hristos Kaimakliotis 18, Angela B Smith 19, Jennifer Linehan 20, Jonathan Coleman 21, Mitchell R Humphreys 22, Raymond Pak 23, David Lifshitz 24, Michael Verni 25, Mehrad Adibi 2, Mahul B Amin 26, Elyse Seltzer 27, Ifat Klein 28, Marina Konorty 28, Dalit Strauss-Ayali 28, Gil Hakim 28, Mark Schoenberg 29, Seth P Lerner 30, Correspondance: 1 Department of Urology, Sheba Medical Center, Ramat Gan, Israel. 2 Department of Urology, The University of Texas MD Anderson Cancer Center, Houston, TX, USA. 3 Brady Urological Institute, Johns Hopkins University, Baltimore, MD, USA. 4 Department of Urology, University of Washington Medical Center, Seattle, WA, USA. 5 Department of Urology, The Ohio State University Comprehensive Cancer Center, Columbus, OH, USA. 6 Department of Urology, Loma Linda University, Loma Linda, CA, USA. 7 Department of Urology, University of California Los Angeles, Los Angeles, CA, USA. 8 Department of Urology, Baylor College of Medicine, Houston, TX, USA. 9 Department of Urology, Sidney Kimmel Medical College at Thomas Jefferson University Hospitals, Philadelphia, PA, USA. 10 Department of Urology, Mayo Clinic Health System, Rochester, MN, USA. 11 Department of Urology, University of Iowa, Iowa City, IA, USA. 12 Department of Urology, Loyola University Medical Center, Maywood, IL, USA. 13 Division of Urology, Penn State Health Milton S Hershey Medical Center, Hershey, PA, USA. 14 Department of Urology, Weill Medical College of Cornell University, New York, NY, USA. 15 Department of Urology, Albert Einstein College of Medicine, Bronx, NY, USA. 16 Department of Urology, University of Minnesota Health, Minneapolis, MN, USA. 17 Department of Urology, University of Michigan, Ann Arbor, MI, USA. 18 Department of Urology, Indiana University School of Medicine, Indianapolis, IN, USA. 19 Department of Urology, University of North Carolina School of Medicine, Chapel Hill, NC, USA. 20 Department of Urology, John Wayne Cancer Institute, Santa Monica, CA, USA. 21 Department of Urology, Memorial Sloan Kettering Cancer Center, New York, NY, USA. 22 Department of Urology, Mayo Clinic Phoenix, Scottsdale, AZ, USA. 23 Department of Urology, Mayo Clinic Jacksonville, Jacksonville, FL, USA. 24 Department of Urology, Rabin Medical Center, Tel Aviv, Israel. 25 Urology Center of Las Vegas, Las Vegas, NV, USA. 26 Department of Pathology, University of Tennessee Health Science Center, Memphis, TN, USA. 27 UroGen Pharma, New York, NY, USA. 28 UroGen Pharma, Ra’anana, Israel. 29 Department of Urology, Albert Einstein College of Medicine, Bronx, NY, USA; UroGen Pharma, New York, NY, USA. 30 Department of Urology, Baylor College of Medicine, Houston, TX, USA. Electronic address: slerner@bcm.edu. , Étude: Primary chemoablation of low-grade upper tract urothelial carcinoma using UGN-101, a mitomycin-containing reverse thermal gel (OLYMPUS): an open-label, single-arm, phase 3 trial., Source: Lancet Oncol . 2020 Jun;21(6):776-785. doi: 10.1016/S1470-2045(20)30147-9. Epub 2020 Apr 29.,
Web: https://www.thelancet.com/journals/lanonc/article/PIIS1470-2045(20)30147-9/fulltext

Commentaire

Il existe peu d’options thérapeutiques pour les patients touchés par CUVS „CANCER UROTHÉLIAL DES VOIES SUPÉRIEURES“. Bien que la néphrectomie soit norme pour les affections localisées à haut risque, elle peut conduire à un surtraitement pour les patients à faible risque. À cet égard, ce nouveau gel offre une nouvelle stratégie thérapeutique pour les patients éligibles à une approche épargnant les reins. D’autre part, il est nécessaire de discuter du taux élevé d’effets secondaires avec les patients. (mm/um)

Auteur: Dr. med. Dr. rer. nat. Marco Moschini, Assistenzarzt Luzerner Kantonsspital

© 2019 -  mechentel medizin
Fachverlag und Nachrichtenagentur