Fachverlag und Nachrichtenagentur

Différents effets des antagonistes de la GnRH par rapport aux agonistes de la GnRH sur la sécurité clinique et les résultats oncologiques chez les patients atteints d’un cancer de la prostate métastatique : une méta-analyse d’essais contrôlés randomisés

PROSTATE CANCER Vienne Chaque année, environ 1,3 million de nouveaux cas de cancer de la prostate apparaissent dans le monde et 360 000 patients en décèdent. La privation d’androgène est le principal traitement pour les patients atteints d’un cancer de la prostate métastatique. Les antagonistes de l’hormone de libération de la gonadotrophine provoquent une diminution rapide de la testostérone sans augmentation initiale des niveaux de gonadotrophine et de testostérone, tandis que les agonistes de l’hormone de libération de la gonadotrophine peuvent provoquer une augmentation temporaire („flambée“) des niveaux de testostérone, ce qui peut entraîner des effets secondaires. Il n’existe toujours pas de preuves solides du bénéfice clinique de la suppression rapide de la testostérone. Dans cette méta-analyse, l’équipe des auteurs dirigée par Mohammad Abufaraj (Clinique universitaire d’urologie de l’Université de médecine de Vienne, en Autriche) a inclu toutes les études randomisées comparant la sécurité clinique et les résultats oncologiques des agonistes et des antagonistes de la GnRH. Les paramètres intéressants étaient les suivants : 1. événements indésirables liés au traitement, 2. progression de l’antigène prostatique spécifique et 3. mortalité toutes causes confondues. Au total, 8 études portant sur 2632 patients ont été incluses. Parmi ceux-ci, 1646 ont reçu des antagonistes de la GnRH et 986 des agonistes de la GnRH. Des effets secondaires ont été observés chez 73% des patients traités par des antagonistes et chez 68% des patients du groupe des agonistes. Des effets secondaires graves ont été observés chez 9,8% des patients du groupe antagoniste et 11% des patients du groupe agoniste. Les antagonistes étaient associés à des taux de réaction plus élevés au point d’injection (38% contre 4,8%) que les agonistes et avaient moins d’effets cardiovasculaires (rapport de risque : 0,52). Aucune différence dans la progression du PSA n’a été constatée, mais les antagonistes ont été associés à une mortalité toutes causes confondues plus faible que les agonistes. Les résultats de l’étude ont été pré-publiés dans l’édition en ligne de EUROPEAN UROLOGY en juin 2020. (mm/um)

Auteurs: Mohammad Abufaraj 1, Takehiro Iwata 2, Shoji Kimura 3, Anoud Haddad 4, Hashim Al-Ani 4, Lana Abusubaih 4, Marco Moschini 5, Alberto Briganti 6, Pierre I Karakiewicz 7, Shahrokh F Shariat 8 , Correspondance: 1 Department of Special Surgery, Jordan University Hospital, The University of Jordan, Amman, Jordan; The National Center for Diabetes, Endocrinology and Genetics, The University of Jordan, Amman, Jordan; Department of Urology, Medical University of Vienna, Vienna, Austria. 2 Department of Urology, Medical University of Vienna, Vienna, Austria; Department of Urology, Okayama University Graduate School of Medicine, Dentistry and Pharmaceutical Sciences, Okayama, Japan. 3 Department of Urology, Medical University of Vienna, Vienna, Austria; Department of Urology, Jikei University School of Medicine, Tokyo, Japan. 4 Department of Special Surgery, Jordan University Hospital, The University of Jordan, Amman, Jordan. 5 Department of Urology, Medical University of Vienna, Vienna, Austria; Klinik für Urologie, Luzerner Kantonsspital, Lucerne, Switzerland. 6 Division of Oncology, Unit of Urology, Urological Research Institute, IRCCS Ospedale San Raffaele, Milan, Italy. 7 Division of Urology, University of Montreal Hospital Center, Montreal, Canada. 8 Department of Special Surgery, Jordan University Hospital, The University of Jordan, Amman, Jordan; Department of Urology, Medical University of Vienna, Vienna, Austria; Department of Urology, Weill Cornell Medical College, New York, NY, USA; Department of Urology, University of Texas Southwestern Medical Center, Dallas, TX, USA; Karl Landsteiner Institute of Urology and Andrology, Vienna, Austria; Institute for Urology and Reproductive Health, Sechenov University, Moscow, Russia. Electronic address: shahrokh.shariat@meduniwien.ac.at.
Étude: Differential Impact of Gonadotropin-releasing Hormone Antagonist Versus Agonist on Clinical Safety and Oncologic Outcomes on Patients with Metastatic Prostate Cancer: A Meta-analysis of Randomized Controlled Trials., Source: Eur Urol . 2020 Jun 27;S0302-2838(20)30429-2. doi: 10.1016/j.eururo.2020.06.002. Online ahead of print., Web: https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0302283820304292?via%3Dihub

Commentaire

Dans cette méta-analyse, qui comprenait toutes les études existantes sur ce sujet, les auteurs ont constaté que les antagonistes du GNRH étaient associés à une mortalité globale plus faible et à moins d’événements cardiovasculaires que les agonistes. D’autre part, des effets secondaires similaires ont été signalés, les patients traités avec l’antagoniste de la GnRH présentant un risque accru de réaction au point d’injection. (mm/um)

Auteur: Dr. med. Dr. rer. nat. Marco Moschini, Assistenzarzt Luzerner Kantonsspital

© 2019 -  mechentel medizin
Fachverlag und Nachrichtenagentur