Fachverlag und Nachrichtenagentur

Examen systématique de l’anesthésie locale pour l’extraction de calculs par urétéroscopie

STONE TREATMENT Southampton – La grande majorité des extractions de calculs urétéro-rénoscopiques (URS) sont réalisées sous anesthésie générale. Par crainte de taux de complications plus élevés ou de taux d’élimination des calculs plus faibles, peu d’autres procédures anesthésiques sont choisies, bien que des séries d’URS sous anesthésie locale soient décrites dans la littérature. Dans l’examen systématique présenté ici, Matthew Schembri et al. de l’hôpital universitaire de Southampton, au Royaume-Uni, ont étudié les résultats des extractions de calculs urétéro-rénoscopiques réalisées sous anesthésie locale. Les principaux critères d’évaluation étaient le taux d’absence de calculs (TAC) et la conversion à l’anesthésie générale. Les complications et le temps opératoire ont été définis comme des critères secondaires. À cette fin, les auteurs ont recherché les articles pertinents dans la période entre 1980 et 2019 en termes de revue de style Cochrane. Au total, 21 études ont été identifiées et incluses dans l’examen, dont cinq étaient des essais contrôlés randomisés (ECR). Cela a donné lieu à 1843 procédures réalisées sous anesthésie locale. La taille moyenne des calculs était de 9mm. La localisation des urolithes se présente comme suit : 54,2% d’uretère distal, 24,9% d’uretère proximal, 4,5% de tiers urétéral moyen. Les TAC variaient entre 48 et 100% dans les études examinées. Si l’on exclut l’étude présentant le TAC le plus faible, ce chiffre se situe entre 78 et 100 %. Dans toutes les études, les TAC les plus élevés ont été obtenus pour les calculs situés en position distale. Dans l’ensemble, la conversion en anesthésie générale a été nécessaire dans 2,7% des cas. Le taux de complications a varié de 1,4 à 36%, les complications peropératoires les plus fréquemment signalées étant les lésions de la muqueuse (n=21) et la perforation urétérale (n=4), la fièvre postopératoire (n=37) et l’infection des voies urinaires (n=20). Le taux de complication global était de 5,5%, ce qui, comme l’écrivent les auteurs dans la revue CURRENT OPINION IN UROLOGY, était comparable à celui des interventions réalisées sous anesthésie générale. La durée moyenne de la chirurgie était comprise entre 21 et 57 minutes. Dans les trois ECR qui ont étudié la durée de l’intervention chirurgicale entre la rachianesthésie et l’anesthésie générale, aucune différence statistiquement significative n’a pu être trouvée.(fa/um)

Auteurs: Schembri M, Agarwal V, Pietropaolo A, Somani B. Correspondance: Bhaskar Somani, FRCS (Urol), Professor and Consultant Urological Surgeon, University Hospital Southampton NHS Trust, Southampton, UK. E-Mail: bhaskarsomani@yahoo.com Étude: Outcomes of loco-regional anaesthesia in ureteroscopy for stone disease: a systematic review. Source: Curr Opin Urol. 2020 Sep;30(5):726-734. doi: 10.1097/MOU.0000000000000791. PMID: 32657841. Web: https://journals.lww.com/co-urology/Abstract/2020/09000/Outcomes_of_loco_regional_anaesthesia_in.17.aspx

Commentaire

Selon les données disponibles, l’URS sous anesthésie locale semble avoir des taux d’élimination des calculs et des taux de complications globaux comparables à ceux de la chirurgie sous anesthésie générale, en particulier pour les calculs distaux. En raison du manque de données, les auteurs n’ont pas été en mesure de subdiviser les patients en différents sous-groupes, de sorte que l’on ne sait toujours pas quels patients pourraient bénéficier le plus d’une chirurgie sous anesthésie locale.(fa)

Auteurs: Dr. med. Fabian Aschwanden, Assistenzarzt Luzerner Kantonsspital

© 2019 -  mechentel medizin
Fachverlag und Nachrichtenagentur