Fachverlag und Nachrichtenagentur

Le D-mannose dans la prévention de la cystite récurrente non compliquée : état des connaissances et perspectives d’avenir

 

URINARY TRACT INFECTION Rome – Les infections du tractus urinaire (UTI) non compliquées sont une affection fréquente, surtout chez les femmes. Aux États-Unis, environ 11% des femmes sont touchées par une infection urinaire au moins une fois par an. 50% de ces dernières au moins une fois de plus au cours de la même année. Le traitement standard de l’infection urinaire est l’administration d’antibiotiques. En raison des coûts, des effets secondaires et du développement de la résistance, il est nécessaire de trouver d’autres options tant thérapeutiques que prophylactiques. Une option thérapeutique et préventive prometteuse est le D-mannose, un monosaccharide qui affecte l’adhésion des bactéries à l’urothélium lorsqu’il est excrété dans l’urine. L’objectif de la revue présentée ici par Cosimo De Nunzio et ses collègues, parue dans le numéro d’avril de la revue ANTIBIOTICS, était d’analyser les études existantes sur le D-mannose et d’en résumer les données. À cette fin, l’équipe du service d’urologie de l’hôpital Sant’Andrea de l’université Sapienza de Rome, en Italie, a procédé à une analyse documentaire non systématique (mots-clés : „feminin/femme“, „infection urinaire“ et „D-mannose“) qui a pris en compte les articles publiés entre 2010 et 2021. Au total, 130 études ont été identifiées et analysées, dont 13 répondaient aux autres critères (études cliniques, examens systématiques, méta-analyses ; toutes avec groupes de contrôle). L’évaluation des études incluses a généralement montré une bonne tolérance du D-mannose avec seulement quelques effets secondaires. 8% des femmes prenant 2g de D-mannose par jour durant au moins six mois ont signalé des diarrhées. Une étude comparative a montré un risque significativement plus élevé d’effets secondaires dans le groupe nitrofurantoïne (RR 0,276, p=0,0001). En outre, la plupart des études ont montré que le D-mannose peut jouer un rôle dans la prévention des infections urinaires récurrentes. En général, la qualité des données dans les études était faible, les données sur la dose, la fréquence et la durée étant manquantes. Contrairement à la prescription fréquente de D-mannose dans la pratique clinique, la prophylaxie de l’infection urinaire par D-mannose n’est pas recommandée dans les directives actuelles de l’EAU en dehors des essais cliniques. Une autre option thérapeutique prometteuse semble être la combinaison du D-mannose avec des polyphénols ou des lactobacilles, ce qui donne lieu à un bilan similaire en ce qui concerne la qualité des données. (fa/um)

Auteurs: Cosimo De Nunzio 1, Riccardo Bartoletti 2, Andrea Tubaro 1, Alchiede Simonato 3, Vincenzo Ficarra 4, Correspondance: 1 Department of Urology, Sant’Andrea Hospital, Sapienza University of Rome, 00141 Rome, Italy. 2 Department of Translational Research and New Technologies, Urology Unit, University of Pisa, 56010 Pisa, Italy. 3 Department of Surgical, Oncological and Oral Sciences, Urology Section, University of Palermo, 90121 Palermo, Italy. 4 Department of Human and Pediatric Pathology „Gaetano Barresi“, Urology Section, University of Messina, 98168 Messina, Italy. Étude: Role of D-Mannose in the Prevention of Recurrent Uncomplicated Cystitis: State of the Art and Future Perspectives, Source: Antibiotics (Basel). 2021 Apr 1;10(4):373.doi: 10.3390/antibiotics10040373. Web: http://europepmc.org/article/MED/33915821

Commentaire

La littérature disponible ne présente pas de preuves aussi claires ou fondées sur des données solides, tel que l’on pourrait s’y attendre en raison de la prescription fréquente de D-mannose dans la pratique clinique. Cela se traduit dans les directives actuelles par l’absence de recommandation. Cependant, le potentiel d’effets secondaires du D-mannose semble également assez faible, de sorte qu’une prescription individuelle et expérimentale après information du patient pourrait probablement être discutée. Egalement en ce qui concerne les effets secondaires potentiels d’une éventuelle prophylaxie antibiotique comme alternative. Il est certain que d’autres études de haute qualité sont nécessaires pour clarifier l’efficacité du D-mannose. (fa/um)

Auteur: Dr. med. Fabian Aschwanden Médecin assistant Hôpital cantonal de Lucerne

© 2019 -  mechentel medizin
Fachverlag und Nachrichtenagentur