Fachverlag und Nachrichtenagentur

Risque de délire et de chutes ou fractures en cas d’utilisation de médications anticholinergiques contre l’hyperactivité vésicale.

FUNCTIONAL UROLOGY London (Ontario) – Les antimuscariniques constituent un traitement pharmacologique fréquemment utilisé contre l’hyperactivité vésicale. En raison de leur profil d’effets secondaires défavorable, ils doivent être prescrits avec prudence, en particulier chez les patients âgés. Le Mirabegron, un agnostique B3, constitue une alternative médicamenteuse. La question posée par l’étude menée par Blayne Welk et. al et présentée ci-après était de savoir si les anticholinergiques entraînaient plus souvent des délires, des chutes et des fractures dues à des chutes que le mirabegron. Le groupe de travail du département de chirurgie et d’épidémiologie et de biostatistique de la Western University de London (Ontario), Canada, a conçu ce travail comme une étude de cohorte rétrospective et a utilisé des données provenant d’une base de données de l’Ontario. Tous les participants à l’étude étaient âgés de plus de 66 ans et suivaient un traitement anticholinergique récemment entamé. Les critères d’évaluation primaires étaient la présentation à l’hôpital pour cause de délire, de chute ou de fracture. Les trois groupes étudiés (traitement par bêta-3-agoniste, oxybutynine, anticholinergiques plus récents) ont été appariés en tenant compte de 82 caractéristiques. Le risque d’un événement dans les 30 premiers jours après le début du traitement ainsi que le risque à une date ultérieure ont été examinés. Au total, 103024 patients nouvellement traités par OAB ont été identifiés et, après appariement, les groupes présentaient des caractéristiques de base comparables. L’incidence de délire dans les 30 premiers jours était de 0,31%, le risque de chute ou de fracture était de 1,07%. Dans le numéro de janvier 2022 de NEUROUROLOGY AND URODYNAMICS, les auteurs constatent qu’il n’y avait pas de différence statistiquement significative entre les anticholinergiques et le mirabegron pour la survenue d’un délire ou d’une chute dans les 30 premiers jours (OR délire : oxybutynine 1.28, nouveaux anticholinergiques 0.92 ¦ OR chute/fracture : oxybutynine 1.19, nouveaux anticholinergiques 1.14). Après une utilisation à long terme (>30 jours), on a constaté un risque croissant et statistiquement significatif de survenue d’un délire lors de l’utilisation des nouveaux anticholinergiques (HR 1.13) ainsi que de survenue d’une chute/fracture lors de l’utilisation de l’oxybutine (HR 1.13). (fa/um)

Auteurs : Welk B, Etaby K, McArthur E, Chou Q. Correspondance : Blayne Welk, MD, MSc, Department of Surgery and Epidemiology and Biostatistics (Urologist), Western University, Room B4-667, St. Joseph’s Health Care, 268 Grossvenor St., London, ON N6A 4V2, Canada. Adresse électronique : bkwelk@gmail.com Étude : The risk of delirium and falls or fractures with the use of overactive bladder anticholinergic medications. Source : Neurourol Urodyn. 2022 Jan;41(1):348-356. doi: 10.1002/nau.24827. Epub 2021 Oct 31. PMID: 34719044. Web : https://onlinelibrary.wiley.com/doi/epdf/10.1002/nau.24827

Commentaire

Les résultats de l’étude plaident en faveur d’une utilisation prudente des anticholinergiques, en particulier en cas de traitement prolongé et chez les patients âgés. La prescription alternative d’un bêta-3 agoniste devrait être envisagée chez le collectif de patients concerné. (fa/um)

Auteur : Dr. med. Fabian Aschwanden, Médecin assistant, Hôpital cantonal de Lucerne

© 2019 -  mechentel medizin
Fachverlag und Nachrichtenagentur