Fachverlag und Nachrichtenagentur

Troubles de l’éjaculation chez les patients masculins atteints par le cancer : examen systématique de la prévalence

ANDROLOGY Khartoum – La dysfonction éjaculatoire (EjD) et la dysfonction érectile (ED) après un traitement anticancéreux sont des effets secondaires/complications importants, et pourtant relativement peu publiés. En particulier, ces effets secondaires sont rarement l’objectif principal d’une analyse dans le cadre d’études prospectives. C’est pourquoi l’équipe de Damiano Pizzol de l’Italian Agency for Development Cooperation à Khartoum, Soudan, a utilisé dans cette revue systématique par méta-analyse toutes les publications disponibles et pertinentes (prospectives et rétrospectives), et a présenté au moins des estimations groupées de la prévalence de l’EjD et de la DE. Soixante-quatre études portant sur 10 057 participants ont été évaluées. Il s’est avéré que les cancers les plus fréquents avec des données de prévalence disponibles dans ce travail étaient la vessie (3), le côlon (3), la prostate (7), les testicules (43) et le rectum (15), et les auteurs se sont finalement focalisés sur ces entités. Les données globales regroupées des études incluses ont montré une prévalence de l’EJD (tous types de traitement confondus) de 13%, la prévalence la plus élevée étant celle de la combinaison chirurgie-radiothérapie (45%) et la plus faible celle de la chirurgie et de la chimiothérapie (11%). L’éjaculation rétrograde était de 45%, tous types de traitement confondus. Pour l’éjaculation précoce, la prévalence globale mise en commun était de 11 %. La prévalence de l’orgasme sec était la plus élevée après le traitement du carcinome de la vessie (100 %) et la prévalence de la dysfonction érectile était la plus fréquente après le traitement du carcinome de la prostate (57%). (cw/um)

Auteurs : Pizzol D, Trott M, Grabovac I, Yang L, Barnett Y, Parris C, McDermott DT, Veronese N, Kronbichler A, Ghayda RA, Soysal P, Jacob L, Tully MA, Koyanagi A, Law CT, Kaya C, Thirumavalavan N, Loeb A, Garolla A, Park S, Shin JI, Ilie PC, Smith L. Correspondance : Jae Il Shin, Department of Pediatrics, Yonsei University College of Medicine, 50 Yonsei-ro, Seodaemun-gu, C.P.O. Box 8044, Seoul 03722, Republic of Korea. Adresse électronique : shinji@yuhs.ac Étude : Ejaculation Disorders in Male Patients with Cancer: A Systematic Review and Meta-Analysis of Prevalence. Source : J Urol. 2021 Dec;206(6):1361-1372. doi: 10.1097/JU.0000000000002136. Epub 2021 Jul 21. PMID: 34288714. Web : https://www.auajournals.org/doi/full/10.1097/JU.0000000000002136

Commentaire

Bien que cette analyse du numéro de décembre 2021 du JOURNAL OF UROLOGY apporte un message très important, à savoir que l’EjD et la DE sont des effets secondaires très fréquents après un traitement tumoral, les résultats sont malheureusement limités par la pondération incongrue des études, avec une focalisation sur les tumeurs testiculaires. De plus, cette analyse inclut en grande partie des études portant sur des tumeurs de la région pelvienne, ce qui explique la prévalence élevée à laquelle on peut s’attendre compte tenu de la pathophysiologie de l’EjD et de la DE. Néanmoins, les données sont très pertinentes pour le conseil et montrent que des entretiens ouverts avant le traitement du cancer, avec saisie des attentes des patients et finalement une présentation réaliste des taux attendus d’EjD et de DE sont très pertinents. Les jeunes hommes qui souhaitent avoir des enfants devraient notamment être informés des conséquences en termes de planification familiale, et la proposition d’une aspiration de sperme devrait faire partie de toute routine pour les hommes éligibles. (cw/um)

Auteur : Dr. med. Christoph Würnschimmel, Chef de clinique, Hôpital cantonal de Lucerne

© 2019 -  mechentel medizin
Fachverlag und Nachrichtenagentur